La crise mondiale menace les progrès en matière d'éducation en Afrique

7 janvier 2009

Les progrès sans précédents réalisés ces dernières années dans 22 pays de l'Afrique subsaharienne en matière d'éducation de base sont menacés par la crise économique mondiale, met en garde cette semaine la Banque mondiale.

Le rapport annuel 2008 du programme d'éducation pour tous (Education for All Initiative Fast Track Initiative, EFA FTI), intitulé « En route vers 2015 : atteindre les objectifs fixés en matière d'éducation », fait état de progrès considérables dans l'éducation de base en Afrique, indique la Banque mondiale dans un communiqué.

Le rapport précise qu'entre 2000 et 2006, 52% d'enfants supplémentaires (soit 15,2 millions) ont été inscrits à l'école primaire dans les 36 pays soutenus par le programme d'éducation pour tous, contre 23% dans les pays n'en ayant pas bénéficié. Vingt-deux des pays visés par cette initiative se trouvent en Afrique subsaharienne.

Dans la grande majorité des 36 pays soutenus par l'initiative, la quasi-totalité des enfants devraient être inscrits en CP d'ici 2010, une étape essentielle dans la réalisation de l'objectif d'éducation primaire universelle d'ici 2015.

Près de la moitié des enfants récemment inscrits (48%) sont des filles. 60% des pays bénéficiant de l'initiative présentent le même pourcentage de garçons et de filles inscrits à l'école primaire ou devraient atteindre cet objectif dans les prochaines années. Si les progrès se poursuivent au même rythme, 27 de ces pays atteindront un taux d'achèvement des études primaires (c'est-à-dire le pourcentage d'enfants qui suivent la dernière année d'école primaire par rapport au nombre total d'enfants situés dans la tranche d'âge concernée) d'au moins 80% d'ici 2015.

Mais les progrès accomplis risquent d'être réduits à néant en raison des crises alimentaire et économique mondiales, qui font basculer des millions de personnes dans la pauvreté, celles-ci faisant alors le choix douloureux de ne pas inscrire leurs enfants à l'école, selon la Banque mondiale.

L'initiative d'éducation pour tous, créée en 2002, est un partenariat international entre des pays en développement, des pays donateurs, la Banque mondiale, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), visant à accélérer le soutien aux pays à faible revenu afin que ceux-ci puissent atteindre l'objectif de développement pour le Millénaire en matière d'éducation (l'éducation primaire universelle) d'ici 2015.

« Les premiers résultats montrent que le partenariat a aidé efficacement les pays à atteindre des objectifs ambitieux en matière d'éducation. Dans de nombreux pays, l'étape suivante consiste à améliorer la qualité de l'apprentissage », souligne le rapport.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

A Oslo, appel lancé pour ne pas négliger l'éducation malgré la crise économique

Les participants à la réunion du Groupe de haut niveau sur l'Éducation pour tous (EPT), organisée par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et le gouvernement norvégien ont appelé mercredi les gouvernements nationaux à allouer de toute urgence au moins 4 à 6 % de leur PNB et 15 à 20 % de leurs dépenses publiques à l'éducation.