Gaza : L'ONU réitère son appel à un cessez-le-feu au 7e jour de l'offensive d'Israël

2 janvier 2009

Au septième jour de l'offensive militaire aérienne israélienne contre Gaza, le Coordonnateur de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, a répété vendredi qu'un cessez-le-feu immédiat était crucial, alors que plusieurs dirigeants arabes doivent se réunir la semaine prochaine à New York pour trouver une solution.

« La plus grande partie des infrastructures de Gaza ont été détruites maintenant, le nombre de morts et de blessés continue d'augmenter, des roquettes lancées par le Hamas sont tombées à 40 kilomètres à l'intérieur du territoire d'Israël, la protection des civils, le tissu social de Gaza, l'avenir du processus de paix sont menacés par l'irresponsabilité des attaques à la roquette par le Hamas et le caractère excessif de la réaction israélienne », a constaté M. Serry lors d'une conférence de presse par liaison vidéo depuis Jérusalem avec des journalistes à New York.

« Et maintenant avec les chars israéliens à la frontière avec Gaza, il est absolument impératif que nous trouvions une solution immédiate et durable afin d'éviter un conflit plus profond et plus sanglant », a-t-il ajouté.

Le Coordonnateur de l'ONU a rappelé que le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait appelé de manière répétée, et dès le premier jour de l'offensive israélienne, à mettre fin à la violence.

Lors d'une séance d'urgence du Conseil de sécurité le 31 décembre, M. Ban s'est dit « profondément troublé par le fait que l'appel de ce Conseil, il y a près de quatre jours, à mettre fin à la violence était resté vain ». « Les parties doivent reculer du précipice. Toute cette violence doit cesser », a-t-il ajouté.

Robert Serry a souligné vendredi que les efforts diplomatiques se poursuivaient, notamment de la part des Etats-Unis, de l'Union européenne, de la Ligue des Etats arabes et de la Turquie. « Nous pensons que le rôle du Quatuor et du Conseil de sécurité va être très importants », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général de l'ONU fait tout ce qu'il peut pour une intensification et une coordination des efforts diplomatiques, a-t-il précisé. « Il a publiquement et en privé appelé les dirigeants clés qui ont une réelle influence sur les parties au conflit à mettre fin à la violence ».

Cette activité diplomatique va se déplacer vers New York dans les jours à venir, a indiqué M. Serry. « Un certain nombre de dirigeants arabes sont attendus à New York pour des efforts supplémentaires destinés à trouver une solution à cette crise. Le Secrétaire général attend de les rencontrer à New York ».

Mais, selon le Coordonnateur de l'ONU, une solution à la crise doit aller au-delà d'un cessez-le-feu. « Il est très clair qu'alors qu'une cessation immédiate des hostilités est absolument cruciale, nous devons créer de nouvelles conditions sur le terrain pour éviter que cela ne se reproduise. Un retour à la situation antérieure ne sera pas suffisant ». Selon lui, il va falloir étudier des arrangements notamment en ce qui concerne les points de passage entre Israël et Gaza. « Bien sûr cela nécessitera du Hamas un engagement que toutes les attaques à la roquette et le trafic d'armes s'arrêtent », a-t-il dit. Sur le long terme, il faudra aussi renouveler les efforts pour réunifier Gaza et la Cisjordanie et obtenir que la communauté internationale s'implique sur le terrain, a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Au Conseil de sécurité, Ban appelle à un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Alors que la crise à Gaza et dans le sud d'Israël en est à son cinquième jour, le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé de nouveau devant le Conseil de sécurité à un cessez-le-feu urgent afin de mettre fin à la violence et de permettre l'entrée d'une aide humanitaire cruciale dans Gaza.