Ban Ki-moon réclame un cessez-le-feu immédiat à Gaza

29 décembre 2008

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est alarmé lundi des souffrances infligées aux populations civiles par les violences à grande échelle dans le cadre de l'opération israélienne contre les Palestiniens du Hamas à Gaza, et a appelé à un cessez-le-feu immédiat.

Ban Ki-moon a réitéré sa condamnation des attaques à la roquette par les militants du Hamas, mais il a souligné que « tout en reconnaissant le droit d'Israël à se défendre » il condamnait « le recours à la force excessif » par Israël à Gaza, lors d'une conférence de presse à New York.

Au cours du week-end, le Secrétaire général avait publié à deux reprises des déclarations pour exprimer son inquiétude. Dimanche soir, il s'était notamment joint à l'appel du Conseil de sécurité, qui s'était réuni en urgence dans la nuit de samedi à dimanche, pour un arrêt immédiat de toute violence et de toute activité militaire à Gaza.

« Les événements effrayants qui se déroulent sur le terrain, notamment leurs effets sur les enfants qui constituent plus de la moitié de la population, me troublent particulièrement », a dit lundi le Secrétaire général.

Il s'est dit aussi peiné des dommages infligés aux locaux des Nations Unies ainsi qu'aux blessures infligées à son personnel direct et associé.

« Tout cela doit s'arrêter. Tant Israël que le Hamas doivent cesser leurs actes de violence et prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter les victimes civiles », a affirmé Ban Ki-moon, qui a exigé la déclaration immédiate d'un cessez-le-feu.

Le Secrétaire général de l'ONU a regretté l'insuffisance de l'intervention internationale et régionale pour encourager au dialogue.

Il a exhorté les ministres des affaires étrangères arabes qui doivent se réunir en session d'urgence à agir rapidement « pour mettre fin à l'impasse ».

Le Secrétaire général a parlé avec de nombreux dirigeants de la région ces derniers jours, notamment le Premier ministre israélien Olmert et la ministre des Affaires étrangères israélienne Livni, le président de l'Autorité palestinienne Abbas, le Président égyptien Moubarak, le Président syrien Assad, le Premier ministre libanais Siniora, le Premier ministre de la Turquie Erdogan et le Secrétaire général de la Ligue des Etats arabes Moussa.

M. Ban a par ailleurs exhorté Israël à laisser ouverts les points de passage afin de laisser passer l'aide humanitaire.

Prenant la parole à sa suite, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, John Holmes, a indiqué qu'à l'heure actuelle on dénombrait 320 morts du côté palestinien, dont au moins 62 femmes et enfants, et du côté israélien 2 morts du fait de tirs de roquettes. « Ce ne sont que des chiffres temporaires », a-t-il précisé.

« Cela montre que quelle que soit l'intention d'éviter les victimes civiles, il est très difficile d'y parvenir dans un environnement aussi densément peuplé que Gaza », a-t-il indiqué.

En direct de Gaza par lien vidéo, Karen AbuZayd, la Haut Commissaire de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), a souligné que le blocus antérieur à l'opération militaire israélienne avait empêché tout stockage de fournitures humanitaires sur place. Elle a aussi estimé que les destructions représentaient la pire situation qu'elle ait jamais connue en huit ans sur place.

Selon l'agence, 750.000 réfugiés palestiniens dépendent directement de l'UNRWA pour leur besoins en nourriture et près de 80% de la population palestinienne dépend en partie de l'aide alimentaire distribuée par les agences humanitaires.

Enfin, il ne reste plus qu'un jour et demi de stock de carburant. La plus grave préoccupation est de savoir si les hôpitaux pourront continuer à disposer d'électricité en faisant fonctionner leurs générateurs, a expliqué Mme AbuZayd.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil de sécurité appelle Israël et Palestiniens à cesser la violence

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé dimanche Israël et les Palestiniens à mettre fin immédiatement à toute violence, alors que des frappes aériennes israéliennes en réponse à des tirs de roquettes par des Palestiniens ont tué 270 personnes et ont blessé plus de 600 autres dans la bande de Gaza.