Zimbabwe : Des experts appellent à reconstruire un système de santé en décrépitude

22 décembre 2008
Des victimes du choléra sous traitement dans une clinique au Zimbabwe.

Quatre experts des droits de l'homme des Nations Unies ont appelé lundi la communauté internationale à reconstruire le système de santé du Zimbabwe qui est confronté à une épidémie de choléra ayant fait déjà plus de 1.100 morts.

« Le système de santé du Zimbabwe s'est complètement effondré. Il ne peut pas contrôler l'épidémie de choléra qui se répand à travers le pays, alors que le nombre de morts augmente chaque jour. De nouveaux cas de choléra sont signalés alors que le système et le personnel médical n'ont pas la capacité de contenir l'épidémie », déclare le rapporteur spécial sur le droit de quiconque à bénéficier des meilleures conditions sanitaires possibles, Anand Grover, dans un communiqué signé également par le rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, la rapporteur spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, Margaret Sekaggya, et l'expert indépendante sur la question des droits de l'homme en matière d'eau potable et d'assainissement, Catarina de Albuquerque.

Les quatre experts sont particulièrement inquiets de la fermeture des principaux hôpitaux publics zimbabwéens en raison du manque de fournitures médicales et de professionnels de santé. Ils constatent également la pénurie de médicaments cruciaux pour traiter certaines maladies.

« Le Zimbabwe avait l'un des meilleurs systèmes de santé de l'Afrique sub-saharienne et était considéré comme son grenier à blé. Des systèmes stables permettant de fournir un accès à la santé, à l'eau, à l'assainissement et à l'alimentation doivent être rétablis et le respect des droits civils, culturels, économiques, politiques et sociaux doivent être assurés », souligne le communiqué.

Les quatre experts réitèrent leur volonté de travailler avec le gouvernement du Zimbabwe et la communauté internationale pour trouver des solutions urgentes à ces problèmes.

De son côté, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a indiqué lundi que son premier avion chargé de fournitures d'urgence, dont des fluides intraveineux et des médicaments, avait atterri à Harare. Ces fournitures vont permettre à l'UNICEF de renforcer son aide dans la lutte contre l'épidémie de choléra. Près de 24.000 cas de choléra ont été enregistrés à travers le pays.

Un autre avion devait arriver lundi soir et les fournitures devaient être distribuées dans la quarantaine de centres de traitement du choléra à travers le Zimbabwe.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.