Darfour : Pas d'amélioration véritable, selon le chef du maintien de la paix

19 décembre 2008

Si des progrès ont été réalisés depuis le transfert d'autorité entre la Mission de l'Union africaine et l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD) il y a un an, ils ont été beaucoup trop lents pour améliorer réellement la situation de la population et inadéquats pour résoudre la crise, a dit vendredi le chef des opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, devant le Conseil de sécurité.

Si des progrès ont été réalisés depuis le transfert d'autorité entre la Mission de l'Union africaine et l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD) il y a un an, ils ont été beaucoup trop lents pour améliorer réellement la situation de la population et inadéquats pour résoudre la crise, a dit vendredi le chef des opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, devant le Conseil de sécurité.

M. Le Roy, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, a déclaré qu'après six ans de conflit, plusieurs millions de personnes survivaient dans des camps et étaient dépendantes de l'aide humanitaire.

« La situation ne s'est pas améliorée » et rien que ces derniers mois, 100.000 personnes supplémentaires ont été déplacés, a-t-il dit. La MINUAD a perdu 21 membres de son personnel pendant sa première année d'opération, a-t-il indiqué, avant de déplorer la poursuite des bombardements aériens par l'aviation gouvernementale alors que les autorités ont décrété un cessez-le-feu unilatéral.

Pour sa part, Susana Malcorra, Secrétaire générale adjointe à l'appui aux missions, a affirmé que l'objectif de déployer 60% du personnel en uniforme d'ici la fin de l'année était en cours de réalisation.

Les défis consistant à déployer comme prévu 80% de l'effectif autorisé d'ici à la fin mars 2009, sont désormais bien connus, a-t-elle dit.

Depuis plus d'un an, l'ONU demande en vain aux États Membres la fourniture de diverses unités dont des hélicoptères légers tactiques et 18 hélicoptères de manœuvre.

M. Le Roy a évoqué par ailleurs la question de l'éventuelle inculpation du Président soudanais Omar Al-Bachir par la Cour pénale internationale (CPI).

« Nous avons reçu des signaux contradictoires du gouvernement sur cette question », a-t-il dit. D'un côté, il y a eu des assurances qu'il n'y aurait aucune conséquence pour la MINUAD et la Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS) [active au Sud-Soudan] si la CPI devait accéder à la demande d'inculpation formulée par le Procureur, Luis Moreno-Ocampo. Mais dans le même temps des déclarations de responsables gouvernementaux contredisent cette position, a constaté M. Le Roy. Il a assuré que les Casques bleus continueraient de travailler de façon impartiale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : La MINUAD continue de faire face à d'énormes difficultés, selon Ban

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, constate dans un rapport publié jeudi que l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD) continue de faire face à d'énormes difficultés près d'un an après la passation de pouvoirs avec la Mission de l'Union africaine au Soudan (MUAS).