Darfour : La MINUAD continue de faire face à d'énormes difficultés, selon Ban

18 décembre 2008

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, constate dans un rapport publié jeudi que l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD) continue de faire face à d'énormes difficultés près d'un an après la passation de pouvoirs avec la Mission de l'Union africaine au Soudan (MUAS).

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, constate dans un rapport publié jeudi que l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD) continue de faire face à d'énormes difficultés près d'un an après la passation de pouvoirs avec la Mission de l'Union africaine au Soudan (MUAS).

« La violence et les déplacements se poursuivent, les activités humanitaires sont compromises, des affrontements entre les parties se produisent à intervalles réguliers et les parties ne sont toujours pas parvenues à un accord de paix négocié », souligne M. Ban dans un rapport remis au Conseil de sécurité et portant sur les mois d'octobre et novembre 2008.

Le Secrétaire général lance à nouveau un appel à ceux qui sont en mesure de fournir des moyens essentiels à la MINUAD pour qu'ils le fassent sans tarder. « Il n'y a toujours pas eu d'annonces de contributions concernant une unité logistique polyvalente, une unité de transport moyen, une unité de transport lourd, une unité de reconnaissance aérienne, des hélicoptères tactiques légers et 18 hélicoptères de manœuvre », note-t-il.

Il juge toujours essentiel d'obtenir l'appui et la coopération soutenus du gouvernement soudanais afin de faciliter le déploiement de la MINUAD et d'aider la mission à s'acquitter de son mandat.

Le Secrétaire général note que le gouvernement s'est attaché à relancer le dialogue politique interne dans le cadre de l'initiative multipartite du Forum du peuple soudanais. Selon lui, cela pourrait faciliter un règlement négocié au Darfour. « Toutefois, les progrès véritables se mesureront à l'aune des mesures concrètes qui seront prises. Pour restaurer la confiance et prouver sa détermination, le gouvernement devra mettre en œuvre sans tarder les recommandations du Forum. Il est crucial que des consultations soient organisées dans les États du Darfour et que le gouvernement tienne l'engagement qu'il a pris concernant le versement d'indemnisations, l'aide au développement et la collaboration avec les groupes armés », dit-il.

Ban Ki-moon dit accueillir favorablement la déclaration de cessation des hostilités faite unilatéralement par le Président soudanais Omar Al-Bachir le 12 novembre mais il déplore profondément que le gouvernement poursuive ses activités militaires. Les informations faisant état d'actes de violence, d'affrontements et de bombardements aériens depuis la déclaration de cessez-le-feu sont très préoccupantes, selon lui. Elles démentent l'intention constructive reflétée dans les déclarations du gouvernement.

Selon le Secrétaire général, une cessation véritable des hostilités est indispensable à un dialogue pacifique et aux pourparlers de paix qui s'ensuivront. Elle est également indispensable si l'on veut améliorer l'acheminement des secours humanitaires.

En ce qui concerne le mandat d'amener demandé le 14 juillet par le Procureur de la Cour pénale internationale à l'encontre du Président Al-Bachir, Ban Ki-moon rappelle que l'ONU respecte l'indépendance de la Cour et de ses activités judiciaires, et souligne l'importance cruciale qu'il y a pour toutes les parties à se conformer pleinement aux décisions de la Cour.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : Les mandats d'arrêt contre des rebelles reportés pour plus d'information

La Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé des informations supplémentaires au Procureur de la Cour qui réclame que des mandats d'arrêts soient délivrés à l'encontre de trois commandants rebelles au Darfour (Soudan).