De la haute couture à l'italienne au stylisme ukrainien, grâce à l'OIT

17 décembre 2008

La région de Chernivtsi en Ukraine est la plus fortement touchée par le chômage et compte le plus faible nombre de femmes employées. C'est pour cette raison qu'elle a été choisie pour un projet de l'Organisation internationale du Travail (OIT), financé par l'Irlande, sur la prévention des migrations illégales et de la traite des femmes.

La région de Chernivtsi en Ukraine est la plus fortement touchée par le chômage et compte le plus faible nombre de femmes employées. C'est pour cette raison qu'elle a été choisie pour un projet de l'Organisation internationale du Travail (OIT), financé par l'Irlande, sur la prévention des migrations illégales et de la traite des femmes.

Yulia, une jeune femme d'Ukraine, se souvient encore du temps où elle travaillait dans les coulisses du monde de la mode à Milan, la capitale de la haute couture italienne. Aujourd'hui, vêtue d'un simple chemisier noir et bleu ciel, elle explique comment elle est devenue styliste dans son propre pays.

« Ce fut une expérience forte pour une styliste de travailler dans un lieu comme Milan. Le problème, c'est que je travaillais là-bas sans visa ni contrat », dit-elle. Le propriétaire de l'atelier lui a conseillé de rentrer en Ukraine afin d'obtenir tous les documents nécessaires. Elle est rentrée à la maison avec l'intention de retourner en Italie.

« Mais, un jour, j'ai entendu parler de la possibilité de bénéficier d'un crédit à taux préférentiel de l'OIT pour démarrer ma propre affaire. Et je n'ai pas voulu rater cette occasion de faire de mon métier – le stylisme – une affaire génératrice de revenus », explique Yulia.

Elle a réussi à louer à un prix raisonnable un local pour en faire son atelier – une salle de classe dans une ancienne école. Il y a beaucoup d'espace pour les machines à coudre, les mannequins et les cabines d'essayage. Un de ses amis a rénové la pièce, tandis qu'elle achetait l'équipement nécessaire.

Son conseil aux futures femmes d'affaires: « La chose la plus importante dans les affaires est d'avoir une bonne idée. La qualité du travail est aussi une des clés du succès. Un client satisfait va à coup sûr recommander vos services à ses amis. Et vous n'aurez aucun problème pour trouver de nouveaux clients ».

Yulia a bénéficié d'un projet pilote de microcrédit lancé en 2006 et a suivi le Projet de l'OIT sur la prévention de la traite des femmes qui a cours dans la région de Chernivtsi depuis novembre 2003. Le projet pilote fournit une assistance à des personnes qui sont, ou risquent d'être, des migrants illégaux ou des victimes de la traite dans les domaines de la formation professionnelle, du placement professionnel et des activités entrepreneuriales.

La décision de choisir Chernivtsi Oblast était fondée sur le fait que la région détient, avec 16%, le plus haut taux de chômage et le plus faible taux d'emploi chez les femmes (43,2%) du pays. On estime qu'environ 20% de la totalité de la population d'Oblast – un tiers de la population en âge de travailler – sont partis à l'étranger au cours des dernières années.

En 2006-07, sur 669 femmes qui ont approché l'organisation «Suchasnyk», partenaire du projet de l'OIT, pour s'informer sur la recherche d'emploi à l'étranger, 508 ont décidé d'envisager des solutions alternatives de génération de revenus en Ukraine après avoir discuté des risques liés aux migrations illégales et à la traite des femmes. Parmi ces femmes, 161 ont confirmé leur intention de se rendre à l'étranger, mais elles avaient cependant été informées des pratiques sûres de migration et des procédures de recherche d'emplois légaux à l'étranger.

Les prêts alloués aux femmes chefs d'entreprise varient de 500 et 2 500 dollars américains. Ils sont accordés par une banque privée et sécurisés par un fond de garantie de 40 000 dollars. Sur les 25 femmes qui ont reçu des microcrédits depuis 2006, 23 ont monté avec succès leur entreprise. Les crédits et les taux d'intérêt ont été remboursés par ces femmes entrepreneurs qui n'ont pas failli à leurs obligations.

Leurs affaires ont prospéré, à l'instar de Yulia qui reçoit maintenant de nombreuses commandes de ses clients; elle a déjà embauché une assistante et pense recruter plusieurs autres femmes pour son atelier. Yulia doit se marier bientôt et va créer sa propre robe de mariée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ouverture du premier Forum mondial contre la traite des êtres humains

Plus de 1.200 participants sont réunis aujourd&#39hui à Vienne, en Autriche, pour le premier Forum mondial pour combattre la traite des êtres humains organisé par l&#39Initiative mondiale des Nations Unies dans ce domaine (UN.GIFT).