Des imams et des rabbins construisent la paix à l'UNESCO

15 décembre 2008

Des imams et des rabbins originaires d'Israël et des Territoires palestiniens, ainsi que d'autres pays, se sont réunis lundi au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris afin d'initier de nouvelles actions visant à promouvoir la paix au Moyen-Orient.

Des imams et des rabbins originaires d'Israël et des Territoires palestiniens, ainsi que d'autres pays, se sont réunis lundi au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris afin d'initier de nouvelles actions visant à promouvoir la paix au Moyen-Orient.

Ce troisième Congrès mondial des imams et rabbins pour la paix, qui dure jusqu'à mercredi, est organisé par la fondation suisse Hommes de Parole et placé sous le haut patronage de l'UNESCO.

Au cours de la session d'ouverture lundi, les intervenants suivants devaient prendre la parole : Koïchiro Matsuura, directeur général de l'UNESCO; Abdoulaye Wade, Président du Sénégal et de l'Organisation de la Conférence islamique; Alain Michel, fondateur et directeur général de la fondation Hommes de Parole, et co-fondateur du Congrès mondial des imams et rabbins pour la paix; et enfin Sri Sri Ravi Shankar, directeur de l'Association internationale pour les valeurs humaines (IAHV, Inde).

Parmi ses 85 participants, la conférence compte 45 imams palestiniens, rabbins israéliens et chrétiens. Ils sont secondés par des experts et des dignitaires religieux issus d'une vingtaine de pays. Une déclaration finale doit être adpoptée à la fin de la réunion.

Le Congrès devrait créer une cellule de veille conjointe, destinée à soutenir, développer et diffuser les initiatives favorisant la cohabitation pacifique et le dialogue.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gaza : L'ONU doit agir face à la crise humanitaire, selon un expert

Le rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, Richard Falk, a appelé lundi les Nations Unies à agir face à la crise qui se poursuit à Gaza, évoquant une possible saisie de la Cour pénale internationale (CPI).