Ban souhaite que les Etats-Unis entrent au Conseil des droits de l'homme

12 décembre 2008

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré vendredi à Genève qu'il était nécessaire et souhaitable que les Etats-Unis deviennent membre du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et a souhaité une décision positive en ce sens de la future administration Obama.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré vendredi à Genève qu'il était nécessaire et souhaitable que les Etats-Unis deviennent membre du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et a souhaité une décision positive en ce sens de la future administration Obama.

« Les Etats-Unis ont choisi de rester en dehors du Conseil des droits de l'homme. Je souhaite sincèrement que ce Conseil devienne le Conseil de tous les Etats membres des Nations Unies et qu'il soit le forum où toutes les questions et préoccupations puissent être soulevées », a dit M. Ban lors d'une conférence de presse, en réponse à une question d'un journaliste.

« Pour que cela soit possible, il est nécessaire et souhaitable que les Etats-Unis soient membre du Conseil. C'est ce que j'avais conseillé à l'administration Bush, personnellement et parfois officiellement. Mais maintenant j'espère que la nouvelle administration examinera sérieusement et positivement mon appel sur cette question », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a souligné que ses conversations avec le président-élu américain Barack Obama et le sénateur américain John Kerry, futur président de la Commission des affaires étrangères du Sénat, lui laissaient espérer un partenariat plus étroit entre les Etats-Unis et les Nations Unies notamment sur les questions du changement climatique et du développement.

Ban Ki-moon se trouvait vendredi à Genève pour la commémoration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

« Nous avons beaucoup progressé depuis l'adoption de la Déclaration. Mais la réalité est que nous n'avons pas été à la hauteur de sa vision – du moins pas encore », a-t-il déclaré dans un discours devant le Conseil des droits de l'homme. « Une pauvreté abjecte, des discriminations honteuses et une violence atroce continuent de peser sur des millions de gens. Alors que nous marquons cet anniversaire, nous devons aussi être conscients de l'inhumanité à laquelle trop de gens à travers le monde sont confrontés », a-t-il ajouté.

Lors de sa conférence de presse, M. Ban a souligné qu'au cours de l'année passée il avait cherché à obtenir une force des Nations Unies plus robuste pour protéger les civils en République démocratique du Congo et qu'il avait milité pour davantage de droits démocratiques et de libertés au Myanmar et ailleurs.

Il s'est aussi félicité dans son discours de l'adoption deux jours plus tôt par l'Assemblée générale de l'ONU du Protocole facultatif relatif au Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels permettant de renforcer la protection de ces droits.

Le Secrétaire général a également estimé le Conseil des droits de l'homme pouvait avoir un impact extraordinaire si ses membres étaient en mesure "de dépasser un comportement partisan et des divisions régionales ». « Le Conseil doit s'intéresser aux violations des droits de l'homme là où elles se produisent. Le Conseil devrait aussi pousser les pays à suivre les recommandations des experts indépendants et des organes du traité chargés de surveiller les droits de l'homme. Tous les Etats membres ont une responsabilité dans la réussite du Conseil », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban : La Déclaration des droits de l'homme doit devenir vraiment universelle

Les principes énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme restent fondamentaux soixante ans après leur rédaction mais ils ne profitent toujours pas à l'ensemble de l'humanité, a regretté mercredi le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, à l'occasion de la Journée des droits de l'homme.