L'actualité mondiale Un regard humain

Côte d'Ivoire : L'ONU souligne des progrès et appelle à poursuivre les efforts

Côte d'Ivoire : L'ONU souligne des progrès et appelle à poursuivre les efforts

Edmond Mulet, Sous-secrétaire général pour les opérations de maintien de la paix.
Des progrès tangibles ont été réalisés au niveau de l'identification des populations et de celui de l'enregistrement des électeurs en Côte d'Ivoire, a estimé vendredi à Abidjan le Sous-secrétaire général des Nations Unies chargé des opérations du maintien de la paix, Edmond Mulet.

Au cours d'un point de presse au siège de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), M. Mulet, qui conduit une mission technique d'évaluation dans le pays, s'est félicité des progrès enregistrés dans le processus de paix depuis la signature de l'Accord Politique de Ouagadougou. Il a souligné notamment la disparition de la zone de confiance et le fait que les deux forces ex-belligérantes travaillent conjointement à la sécurisation du processus de paix avec le concours des forces impartiales, même si beaucoup reste à faire.

M. Mulet a rappelé que le but de sa mission était d'évaluer la nature du soutien des Nations Unies à la poursuite du processus de sortie de crise, en tenant compte du contexte sécuritaire et des enjeux politiques auquel est confrontée l'ONU au plan international face à la crise financière qui « incite nos bailleurs de fonds à exercer une pression sur nous afin de rationaliser nos efforts en matière de maintien de la paix ».

Il s'est dit assez optimiste grâce au leadership très engagé des acteurs politiques ivoiriens, dont le président Gbagbo. « Cela nous donne des garanties que le passé de violences, de polarisation et de confrontation est vraiment dans le passé », a-t-il dit. Toutefois, il a exhorté les acteurs ivoiriens à poursuivre les efforts afin de finaliser l'identification et l'enregistrement des électeurs. « Il est difficile pour un pays de fonctionner avec un gouvernement intérimaire. Il faut vraiment un gouvernement produit d'élections légitimes non seulement au niveau de l'exécutif mais aussi au niveau du Parlement et des autorités locales », a-t-il déclaré. Il a souhaité qu'après la tenue de l'élection présidentielle, les autres scrutins puissent se tenir afin de pouvoir construire à nouveau une structure démocratique dans le pays.

Sur la question sécuritaire il a lancé un appel aux Ivoiriens pour qu'ils fassent avancer le volet du désarmement afin de mettre un terme à la circulation des armes. « Il faut accélérer le démantèlement des milices, la réunification des forces et le redéploiement de l'administration de l'Etat de droit dans les régions du pays où il a été absent », a plaidé M. Mulet.

Rappelant que l'ONU ne voyait pas la nécessité d'envoyer des troupes additionnelles pour la sécurisation du processus, il a admis que le manque de sécurité contribuait à rendre la situation imprévisible et volatile. Il a toutefois confirmé que l'ONUCI et la force Licorne allaient conserver une présence et un dispositif de dissuasion et d'accompagnement. Cependant, avec une situation sécuritaire qui a connu une nette amélioration, l'ONUCI pourrait procéder à une reconfiguration de sa présence en Côte d'Ivoire. Celui-ci devrait comprendre un « dispositif plus mobile orienté sur les zones sécuritaires les plus sensibles » allié au maintien de l'ordre, au renforcement des capacités des forces de police et de gendarmerie.