Choléra au Zimbabwe : L'OMS met en place un plan d'action

9 décembre 2008
De l'eau non contaminée est indispensable pour contenir la propagation du choléra.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en place lundi et mardi un plan d'action contre le choléra au Zimbabwe, alors que la maladie touche désormais plus de 15.000 personnes et qu'elle a fait presque 800 morts.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en place lundi et mardi un plan d'action contre le choléra au Zimbabwe, alors que la maladie touche désormais plus de 15.000 personnes et qu'elle a fait presque 800 morts.

Une délégation de haut niveau de l'OMS est arrivée ce week-end à Harare, avec à sa tête Eric Laroche, vice directeur général du programme de l'action sanitaire en temps de crise au sein de l'agence des Nations Unies, a dit la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

Ce voyage se déroule alors que le ministère zimbabwéen de la santé a demandé l'assistance internationale pour lutter contre l'épidémie de choléra.

Eric Laroche a rencontré lundi le ministre de la santé. Mardi, l'OMS a réuni 50 représentants d'organisations non gouvernementales (ONG), des Nations Unies et du ministère de la santé.

Le responsable de l'OMS a appelé à la mise en place d'un solide mécanisme de commandement et de contrôle afin de mener les efforts contre la maladie.

Selon l'OMS, le nombre de cas de choléra a dépassé les 15.000 (15.219) et le nombre de morts enregistrés s'élève à 774 depuis le mois d'août. Ces chiffres ne sont que temporaires et ils pourraient ne pas refléter la totalité des cas sur le terrain, dans la mesure où il manque des données pour les régions plus reculées du pays. L'agence des Nations Unies se prépare à un scénario envisageant 60.000 cas.

Le choléra est une infection intestinale aiguë due à l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par le bacille Vibrio cholerae. La durée d'incubation est courte, de moins d'un jour à cinq jours. Le bacille provoque une diarrhée abondante, indolore pouvant aboutir rapidement à une déshydratation sévère et à la mort du sujet si le traitement n'est pas administré rapidement. La plupart des patients présentent aussi des vomissements.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.