République centrafricaine : Ban encouragé par les pourparlers de réconciliation

9 décembre 2008

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué le lancement lundi en République centrafricaine de pourparlers de réconciliation nationale destinés à mettre fin à une série de rébellions, estimant que cela témoignait de la volonté politique des Centrafricains de donner un nouvel élan à leur pays.

« Je tiens à rendre hommage à tous les participants et au peuple centrafricain dans son ensemble pour leur engagement dans la réconciliation nationale. Par son caractère inclusif, ce dialogue devrait produire les résultats que les centrafricains attendent depuis longtemps », a déclaré M. Ban dans un message aux participants de ce Dialogue politique inclusif organisé pendant deux semaines à Bangui.

Les pourparlers, parrainés par l'Onu, mettent en présence le gouvernement du président François Bozizé, des chefs de mouvements rebelles et des dirigeants de l'opposition, dont l'ancien président Ange-Félix Patassé, renversé par Bozizé lors d'un coup d'Etat en 2003.

« Les deux semaines à venir vont demander des efforts importants, un sens du compromis ainsi que des sacrifices de la part de tous les participants. En participant à ce dialogue, vous avez placé les intérêts de la nation et du peuple centrafricain au-dessus de tout autre intérêt. C'est là un geste encourageant qui prouve votre détermination à surmonter vos différences par le dialogue, et non la violence », a ajouté le Secrétaire général.

La République centrafricaine est confrontée depuis plusieurs années à des combats entre forces gouvernementales et mouvements rebelles. 200.000 Centrafricains ont fui leur maison, certains ayant trouvé refuge au Tchad et au Cameroun.

En juin le gouvernement a signé un accord de cessez-le-feu avec les mouvements rebelles, l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) et l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD), après des pourparlers à Libreville, au Gabon, facilités par le Président gabonais Omar Bongo.

Le Secrétaire général de l'ONU a salué lundi la solidarité et l'appui que les Etats de la région continuent à apporter à la République centrafricaine, remerciant notamment M. Bongo et l'ancien président du Burundi, Pierre Buyoya, qui préside le Dialogue. M. Ban a ajouté que le système des Nations Unies ferait tout ce qu'il peut pour aider à la mise en œuvre des recommandations du Dialogue national.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

République centrafricaine : La situation demeure fragile, selon Ban

La situation d'ensemble sur les plans politique, sécuritaire et socioéconomique en République centrafricaine demeure fragile et elle est aggravée par la faiblesse de l'économie, des problèmes sociaux multiples et l'impunité, liée à de graves problèmes de sécurité, en particulier dans le nord et le sud-est du pays, estime le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport publié mardi.