RDC : Le médiateur de l'ONU ouvre à Nairobi la conférence de dialogue

9 décembre 2008
L'envoyé spécial de l'ONU, Olusegun Obasanjo.

La conférence de dialogue sur la RDC s'est ouverte lundi à Nairobi en présence des médiateurs des Nations Unies et de l'Union africaine (UA) ainsi que du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et du mouvement rebelle, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda.

« Nous sommes ici pour lancer un dialogue dont nous espérons et prions vivement qu'il soit le début de la fin des violences et des hostilités », a dit l'envoyé spécial du Secrétaire général, l'ancien président du Nigéria Olusegun Obasanjo, lors de la conférence qui s'est ouverte au siège des Nations Unies à Nairobi (Kenya).

« Notre objectif est d'obtenir un consensus sur la façon de mettre en oeuvre notre mandat d'établir un cessez-le-feu durable, de créer des corridors de sûreté pour répondre à la terrible crise humanitaire, d'assister à la mise en oeuvre des accords existant et d'apporter une paix durable pour le développement à long terme de la RDC », a-t-il résumé.

S'il a souligné que le processus commençait par un dialogue entre le gouvernement et le CNDP, responsable des attaques récentes, « la porte ne sera fermée à l'égard d'aucun groupe armé ou autre qui préfère le dialogue au conflit », a dit M. Obasanjo.

« Le regard du monde est sur vous », a-t-il lancé aux parties, rappelant que la RDC « saignait depuis 50 ans ».

Mardi, M. Obasanjo s’est dit « satisfait des progrès accomplis au second jour » des négociations.

Il s’est dit « optimiste » sur le fait que des négociations sur le fond pourraient commencer avant Noël.

« De l’extérieur on peut donner l’impression d’avancer lentement mais en réalité nous progressons sur de nombreux points rapidement », a dit le médiateur de l’UA, Benjamin Mkapa, ancien président de la Tanzanie.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), en tout cinq camps de réfugiés ont été totalement vidés et détruits dans le territoire de Rutshuru depuis le début des hostilités il y a quelques mois, ce qui veut dire près de 50.000 personnes sont sans abri.

OCHA a également annoncé lundi que près de 9.000 personnes venaient d'arriver à Kibati, au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, alors que de nombreuses maisons ont été pillées ces dernières semaines.

Le trafic est paralysé entre Sake et Masisi en raison de l'érosion de la route sur 200 mètres. Les villes de Masisi et de Goma sont en manque de produits de base, ajoute l'OCHA.

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé lundi une opération aérienne pour acheminer des stocks dans le nord-est de la RDC, notamment à Dungu où au moins 70.000 personnes ont besoin d'assistance après des attaques de la l'Armée de résistance du Seigneur (Lord's Resistance Army, LRA), groupe armé connu pour ses activités sanguinaires dans le nord de l'Ouganda.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.