Somalie : Le représentant de l'ONU appelle à la libération des otages

5 décembre 2008

Le représentant spécial de l'ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, a appelé vendredi à la libération, sans délai ou conditions, des otages détenus en Somalie, en particulier deux religieuses catholiques.

« A la veille de l'Aïd El-Adha, une période de pardon, j'appelle tous les Somaliens à permettre que ces otages détenus, somaliens et étrangers, soient libérés et puissent retourner chez eux sains et saufs », a dit M. Ould-Abdallah. « En plus d'une bonne action, cela aiderait à améliorer l'image de la Somalie et à montrer que son peuple mérite respect et confiance », a-t-il ajouté.

Il a ajouté que de nombreux otages étaient venus dans la région pour aider les Somaliens ou pour raconter leur situation au reste du monde. « Leur disparition a causé l'angoisse de leurs amis et de leurs familles et a nui à la réputation du peuple somalien », a-t-il dit.

Journalistes et travailleurs humanitaires sont de plus en plus les cibles d'enlèvements et de meurtres en Somalie, surtout dans le sud et le centre du pays. Quatre journalistes étrangers et deux religieuses catholiques italiennes font partie des otages.

Le représentant spécial de l'ONU a appelé « en particulier à la libération des deux religieuses catholiques qui ont été enlevées le mois dernier dans une ville à la frontière entre le Kenya et la Somalie ». « Elles devraient pouvoir retourner chez elles immédiatement et je ne vois pas d'excuse pour les détenir plus longtemps », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : Le Conseil de sécurité proroge d'un an l'autorisation de lutter contre les pirates

Pour mieux réprimer les actes de piraterie et les vols à main armée commis au large des côtes somaliennes, le Conseil de sécurité a prorogé mardi pour une période de 12 mois l'autorisation donnée aux États qui coopèrent avec le gouvernement fédéral de transition de Somalie à entrer dans les eaux territoriales de ce pays à condition que ce dernier ait au préalable communiqué leur nom au Secrétaire général de l'ONU.