Kosovo : La réorganisation de la MINUK doit progresser, selon Ban

25 novembre 2008

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, estime dans un rapport rendu public mardi que la réorganisation de la Mission des Nations Unies au Kosovo (MINUK) doit progresser pour s'adapter aux mutations que connaît le Kosovo depuis qu'il a déclaré son indépendance et adopté sa constitution.

« La capacité de la Mission à s'acquitter de ses tâches a été mise à rude épreuve en matière d'administration intérimaire, dans les domaines de l'administration civile et de la gouvernance économique, ainsi que dans les secteurs dans lesquels de nouvelles institutions sont en train d'être établies et où la Constitution confère un nouveau rôle aux autorités du Kosovo», souligne M. Ban dans ce rapport remis au Conseil de sécurité et qui couvre la période allant du 26 juin au 31 octobre 2008.

Selon le Secrétaire général, « il est évident, au vu des difficultés rencontrées, que la réorganisation de la MINUK doit progresser, dans le cadre de la résolution 1244 (1999) ». On s'emploie actuellement à accélérer le processus pour que la Mission puisse s'adapter à la situation sur le terrain. Celui-ci se déroule de manière transparente à l'égard de toutes les parties, et dans le respect de la position de stricte neutralité adoptée par l'ONU sur la question du statut du Kosovo », ajoute-t-il.

Le Kosovo, province serbe sous administration des Nations Unies depuis 1999, a déclaré son indépendance le 17 février 2008, à la suite de quoi l'Assemblée du Kosovo a adopté le 9 avril une Constitution, qui est entrée en vigueur le 15 juin.

Ban Ki-moon souligne que son représentant spécial et chef de la MINUK, Lamberto Zannier, apporte son concours à l'Union européenne aux fins de renforcer le rôle opérationnel que celle-ci joue au Kosovo dans le domaine de l'état de droit. « La Mission État de droit menée par l'Union européenne au Kosovo (EULEX) respectera strictement les dispositions de la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité et opérera sous l'autorité générale de l'ONU et dans le contexte de la neutralité de l'Organisation à l'égard du statut du Kosovo. Elle rendra régulièrement compte à l'ONU. Son déploiement dans tout le Kosovo, qui sera coordonné avec la MINUK, s'effectuera en étroite consultation avec les parties concernées, compte tenu de la situation et des préoccupations propres à chaque communauté », souligne-t-il.

Par l'intermédiaire de sa mission au Kosovo, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) continuera d'appuyer la MINUK après sa réorganisation, et sa présence sur le terrain lui permettra de conserver un rôle crucial dans la mise sur pied et la surveillance des institutions ainsi que dans l'offre d'un appui aux communautés minoritaires du Kosovo.

Le Secrétaire général a jugé « encourageant que les autorités de Pristina aient indiqué qu'elles étaient prêtes à coopérer avec EULEX, ainsi que, notamment, avec l'Union européenne et l'OTAN. » Il a demandé à M. Zannier de rassurer les autorités de Pristina en leur précisant que les arrangements temporaires feraient l'objet en permanence de consultations et de réunions de coordination.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La CIJ sollicitée pour un avis juridique sur l'indépendance du Kosovo

L'Assemblée générale de l'ONU a voté mercredi une résolution sollicitant un avis juridique de la part de la Cour internationale de justice (CIJ), sur la déclaration d'indépendance unilatérale prononcée par le Kosovo en février 2008.