Gaza : Ban regrette qu'Israël n'ait pas entendu ses appels sur l'aide humanitaire

21 novembre 2008
Le Secrétaire général, Ban Ki-moon.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a regretté vendredi que ses appels demandant à autoriser à nouveau le passage de l'aide humanitaire à Gaza n'aient pas été entendus par les autorités israéliennes.

« Le Secrétaire général continue d'exprimer sa préoccupation concernant la situation humanitaire à Gaza. Il a souligné qu'il était important qu'Israël autorise de manière urgente la livraison de l'aide humanitaire à la population civile de Gaza et regrette que ses appels n'aient été entendus », selon une déclaration transmise par sa porte-parole.

M. Ban a réitéré « sa condamnation des attaques de roquettes par des militants palestiniens contre des cibles civiles israéliennes ». Il a appelé à la cessation de ces attaques et au plein respect par toutes les parties du calme qui a été instauré depuis le 19 juin 2008.

Il y a une semaine, Ban Ki-moon s'était déjà déclaré profondément préoccupé par la détérioration de la situation humanitaire et sécuritaire à Gaza et avait appelé Israël à autoriser l'entrée de carburant et d'assistance humanitaire en quantités suffisantes et régulières et à faciliter de nouveau les activités de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) et de toutes les agences humanitaires.

Le Secrétaire général a indiqué vendredi qu'il avait reçu un compte rendu de la situation humanitaire à Gaza par le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, John Holmes, et qu'il s'associait au communiqué publié par le bureau de ce dernier.

John Holmes a appelé vendredi toutes les parties au conflit à Gaza à éviter de recourir à la violence et à autoriser la réouverture immédiate et régulière des points de passage. « Les mesures qui augmentent les souffrances de la population civile de la bande de Gaza sont inacceptables et doivent cesser immédiatement », a-t-il déclaré.

Le 5 novembre, à la suite d'une opération des forces armées israéliennes à Gaza et la reprise des tirs de roquettes palestiennes vers Israël, l'armée israélienne a fermé les points de passage vers Gaza. Cette fermeture a interrompu la livraison de l'aide humanitaire et du carburant, qui sert notamment à alimenter la centrale électrique, souligne le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

En conséquence, la population palestinienne est confrontée à des coupures d'électricité quotidiennes et manque de gaz pour la cuisine, de produits frais et d'eau. La moitié des boulangeries ont été fermées en raison du manque de gaz et il va bientôt y avoir des pénuries de farine, ajoute l'OCHA. Les distributions de nourriture par l'UNRWA, qui avaient repris le 17 novembre, devraient être interrompues de nouveau dans les prochains jours à moins que les livraisons ne soient de nouveau autorisées à entrer à Gaza, souligne-t-il.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.