RDC : inquiétude croissante pour les civils de Kibati, selon le HCR

21 novembre 2008

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) est de plus en plus inquiet quant à la sécurité de dizaines de milliers de civils congolais déplacés hébergés dans les camps de Kibati, aux alentours de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu en proie à des troubles en République démocratique du Congo (RDC).

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) est de plus en plus inquiet quant à la sécurité de dizaines de milliers de civils congolais déplacés hébergés dans les camps de Kibati, aux alentours de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu en proie à des troubles en République démocratique du Congo (RDC).

« Tôt ce matin, au cours d'une attaque particulièrement inquiétante survenue au camp de Kibati, une jeune femme de 20 ans a été victime d'un tir et elle a été tuée. De nombreuses familles ont été contraintes de quitter leurs huttes, qui ont ensuite été pillées par des hommes armés. Notre équipe à Kibati évalue actuellement la situation et les besoins des victimes », a déclaré le porte-parole du HCR William Spindler lors d'une conférence de presse vendredi à Genève.

Au cours des dernières semaines, le HCR a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude quant à la sécurité des quelque 67 000 civils congolais déplacés internes, qui sont hébergés dans les camps de Kibati. « Nous craignons que la population civile, qui est déjà confrontée à une situation humanitaire dramatique et désespérée, ne soit prise sous les tirs croisés si les combats reprennent dans cette zone », a dit le porte-parole.

Ce dernier évènement tragique vient ajouter à la pression subie par le HCR et les autorités provinciales pour transférer près de la moitié des 67 000 personnes déplacées internes hébergées actuellement dans les deux camps de Kibati vers le nouveau camp de Mugunga III, situé à l'ouest de Goma.

« Avec nos partenaires, nous profitons du calme relatif régnant depuis une semaine dans le Nord-Kivu pour activer la mise en place d'un nouveau camp pouvant accueillir près de 30 000 personnes déplacées », a expliqué William Spindler.

Cette accalmie a permis au HCR et ses partenaires de délimiter le site de Mugunga III, d'une superficie de 65 hectares, de nettoyer le terrain et de commencer à construire des bâtiments d'hébergement et les infrastructures les plus urgentes, comme des installations de réception et d'abri, des routes d'accès et des latrines. Un système de distribution d'eau est actuellement mis en place, avec six points d'approvisionnement opérationnels pour répondre aux besoins de près de 10 000 personnes.

Les conditions de travail sont extrêmement difficiles sur ce site car il se situe sur un terrain de roches volcaniques et le creusement de fosses sanitaires et le nivellement des routes d'accès prennent du temps.

« Nous prévoyons de commencer le transfert des personnes déplacées internes depuis Kibati vers Mugunga III dès que les conditions de base seront remplies. Le HCR aidera les autorités provinciales à transférer les personnes, qui auront opté pour ce choix sur une base volontaire, depuis les deux camps de Kibati vers Mugunga III. De nombreuses personnes feront le trajet à pied, mais les jeunes enfants, les personnes âgées et les handicapés seront transportés par camion. Pour ceux qui marcheront, nous travaillons également à l'installation de plusieurs points d'escale entre les deux sites, où les personnes pourront se restaurer et se rafraîchir avant de reprendre la direction de Mugunga III », a souligné le porte-parole.

Pendant ce temps, le HCR achemine une aide supplémentaire vers le Nord-Kivu. Six camions de l'agence des Nations Unies – chargés d'assistance humanitaire – sont arrivés mercredi depuis des entrepôts régionaux d'urgence du HCR situés à Ngara, en Tanzanie. Le convoi a transporté 2.425 bâches en plastique, 1.204 kits d'ustensiles de cuisine, 18.444 couvertures thermiques hautement isolantes, 13.750 nattes de couchage, 4.200 jerrycans pliants d'une capacité de 10 litres et 15.000 moustiquaires. Le prochain affrètement d'assistance humanitaire comprendra également 13.000 couvertures et plus de 600 rouleaux de bâche en plastique nécessaires à la construction d'abris.

Les combats dans le Nord-Kivu se sont intensifiés à la fin 2006. Depuis janvier 2008, ils ont porté le nombre total de déplacés internes dans la région à plus de 800.000 personnes. Depuis que les combats ont repris en août, quelque 250.000 civils ont fui, dont nombre d'entre eux étaient déjà déplacés. De plus, environ 12.000 réfugiés congolais ont traversé la frontière vers l'Ouganda.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : Le Conseil de sécurité autorise l'envoi de renforts pour la MONUC

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé jeudi d'autoriser l'envoi de 3.000 troupes supplémentaires pour renforcer la force de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) qui tente de rétablir la paix dans la province du Nord-Kivu.