L'ONU dénonce la chasse aux albinos au Burundi due à des charlatans

19 novembre 2008

L'ONU dénonce la chasse aux albinos au Burundi due à des charlatans venus de Tanzanie et qui a entraîné notamment le meurtre d'une petite fille de six ans, tuée d'une balle dans la tête pour récupérer ses membres censés apporter la richesse.

Ces charlatans ont lancé en Tanzanie la rumeur selon laquelle le sang des albinos pouvait être utilisé pour rechercher de l'or et leurs membres pouvaient servir à améliorer la pêche de poissons, selon Olalekan Ajia, du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) au Burundi, qui s'exprimait au micro de la radio de l'ONU.

« Le gouvernement tanzanien a agi rapidement en faisant du meurtre des albinos un crime puni de la peine capitale. Du coup, les sorciers et autres charlatans sont partis pour le Burundi où ils exercent leur emprise sur des gens très pauvres et déséquilibrés », a-t-il expliqué.

La chasse aux albinos a commencé en septembre au Burundi. Le 8 septembre, une fille de 14 ans a été assassinée. Son corps a été déterré pour récupérer ses membres. L'Assemblée nationale a voté une loi similaire à celle adoptée en Tanzanie et le gouverneur de Rigi a pris des mesures pour protéger les albinos. Tous les albinos de la province ont été réunis dans une maison, les enfants escortés à l'école, nourris et logés.

Il y a eu 11 cas d'attaque répertoriés. Deux hommes ont été arrêtés et inculpés.

De son côté, l'UNICEF travaille avec les gouverneurs pour protéger ces personnes, et faire en sorte que leurs enfants puissent aller à l'école. Selon Olalekan Ajia, les albinos dans le pays sont très effrayés et demandent au gouvernement de faire davantage pour les protéger.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RD Congo : le PNUD soutient la lutte contre la marginalisation des albinos

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a lancé vendredi en République démocratique du Congo (RDC) un atelier pour promouvoir une assistance particulière aux albinos, exposés à des discriminations.