RDC : Obasanjo a rencontré le chef des rebelles Laurent Nkunda

17 novembre 2008
L'ex-président du Nigéria, Olusegun Obasanjo.

L'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la région des Grands Lacs, l'ancien président nigérian, Olusegun Obasanjo, a rencontré dimanche Laurent Nkunda, le chef du groupe le Congrès National pour la Défense du Peuple CNDP) à Jomba, à 80 km au nord de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC).

S'adressant à la presse à Goma, il a révélé que Nkunda lui avait « transmis une série de requêtes et de préoccupations adressées au gouvernement » congolais mais aussi qu'il s'était engagé au respect du cessez-le-feu et au maintien des couloirs humanitaires pour l'accès inconditionnel de l'assistance aux personnes déplacées, a indiqué la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) dans un communiqué.

Le président Obasanjo a aussi dit que Laurent Nkunda avait accepté le principe de son rôle de « médiateur en sa qualité d'Envoyé spécial du Secrétaire général ». Interrogé sur la crédibilité qu'il accordait aux promesses faites par Nkunda, il a répondu qu'il entendait travailler sur la « base du principe de confiance réciproque ». Il a aussi insisté sur le fait que sa mission n'était qu'à un stade « préliminaire ».

Après un séjour de 72 heures en RDC, l'envoyé spécial est parti dimanche après-midi pour Kigali.

Olusegun Obasanjo était arrivé vendredi à Kinshasa de Luanda (Angola). Il avait été reçu dans la soirée, en compagnie du représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en RDC, Alan Doss, par le président Joseph Kabila. Le lendemain samedi, il avait eu des entretiens d'abord avec le président de l'Assemblée Nationale et ensuite avec celui du Sénat. Avant de s'envoler pour Goma, il avait eu une réunion, au siège de la MONUC, avec les ambassadeurs des pays membres du Conseil de sécurité et les représentants de la Facilitation internationale. A Goma, il avait survolé la région pour se rendre compte de l'ampleur de la catastrophe humanitaire et se faire une idée des conditions de vie des déplacés. Il s'était ensuite entretenu avec les autorités provinciales avant de recevoir un briefing complet sur la situation humanitaire et militaire et l'action de la MONUC.

M. Obasanjo et le co-facilitateur de l'Union africaine, Benjamin Mkapa, étaient à Nairobi lundi pour faire un compte rendu de leurs entretiens à Luanda et Kinshasa au Président Mwai Kibaki, en sa qualité de Président de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs, a précisé la porte-parole adjointe du Secrétaire général de l'ONU à New York.

Dimanche, le CNDP a pris le contrôle d'un certain nombre de villages dans le Nord-Kivu après les plus violents combats en plus d'une semaine, selon la MONUC dans un communiqué publié lundi. La Mission a vivement condamné cette nouvelle violation du cessez-le-feu et a appelé à son respect « pour donner une chance au processus politique qui bénéficie actuellement d'un important appui diplomatique tant international que régional mais aussi pour éviter de nouvelles souffrances inutiles aux nombreuses populations civiles qui sont toujours les premières victimes innocentes de ces affrontements. »

La MONUC a ajouté qu'elle allait apporter son soutien aux organisations humanitaires pour la relocalisation des déplacés des camps de Kibati vers Mugungu III, loin de la ligne de front, pour leur sécurité mais aussi pour une meilleure assistance.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.