Iraq : L'ONU indignée par les violences visant les minorités religieuses

13 novembre 2008

Le représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l'Iraq, Staffan de Mistura, s'est déclaré jeudi choqué et indigné par la poursuite des violences visant les minorités religieuses en Iraq, après le meurtre de deux religieuses chrétiennes dans la ville de Mossoul, dans le nord du pays.

Récemment, des milliers d'habitants de Mossoul ont abandonné leur maison après une campagne de menaces et d'attaques, a souligné M. de Mistura dans un communiqué.

L'attaque contre les deux religieuses est intervenue quelques heures après que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a signalé le début du retour de familles chrétiennes à Mossoul alors que la situation sécuritaire donnait des signes d'amélioration.

Mossoul est le berceau d'une très grande diversité ethnique et religieuse et elle doit le rester, a déclaré M. de Mistura. Selon les Nations Unies, le respect et la garantie des droits des minorités en Iraq sont « absolument fondamentaux pour un avenir stable et démocratique ».

Le représentant spécial a appelé les autorités iraquiennes à faire tout leur possible pour garantir les droits de l'homme et protéger les Chrétiens, les Yésidis, les Shabaks et d'autres minorités, toutes ayant été victimes de terribles attaques. Il a également demandé à ce que les responsables de ces attaques soient rapidement traduits en justice. M. de Mistura a aussi appelé les autorités locales, ainsi que le gouvernement régional du Kurdistan, à apporter son assistance dans la protection des droits des minorités et de leur identité religieuse, ainsi que pour mettre fin à l'impunité.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq: Des déplacés chrétiens rentrent à Mossoul

Des Iraquiens chrétiens qui avaient fui la ville de Mossoul début octobre par peur d'actes de violence contre la communauté chrétienne ont commencé à revenir dans la ville, a indiqué mardi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).