L'OMS obtient plus de moyens pour l'assistance médicale au Nord-Kivu

6 novembre 2008
Des enfants attendent pour de l'eau dans le camp de Mugunga, au Nord Kivu (Septembre 2007).

Grâce à de nouvelles contributions de l'Italie et de la Norvège, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est en train d'augmenter ses moyens pour faire face à la crise dans l'Est de la RDC où des centaines de milliers de personnes sont déplacées sans le moindre accès à des soins de santé.

Grâce à de nouvelles contributions de l'Italie et de la Norvège, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est en train d'augmenter ses moyens pour faire face à la crise dans l'Est de la RDC où des centaines de milliers de personnes sont déplacées sans le moindre accès à des soins de santé.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), l'OMS a reçu 10 tonnes de médicaments pour le Nord Kivu qui devraient bénéficier à 60.000 personnes pendant un mois.

Elle a aussi obtenu 30 tonnes de médicaments de la part du gouvernement de la Norvège, qui devraient arriver dans le pays dans les prochains jours.

Parallèlement, l'agence a annoncé jeudi dans un communiqué que le gouvernement italien renforçait son assistance en fournissant des stocks supplémentaires destinés à traiter jusqu'à 180.000 personnes, notamment contre les maladies diarrhéiques, le paludisme et les traumatismes causés par des armes à feu.

Selon l'OMS, près de 2,5 millions de personnes sont soit déplacées soit affectées par les violences au Nord et au Sud Kivu.

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a commencé des distributions de nourriture dans six camps à Kibati pour quelque 135.000 personnes. L'identification des personnes déplacées se poursuit par ailleurs dans les camps au Nord Kivu.

Enfin, dans la Province Orientale, toute la population de Dungu a fui en raison des attaques les 1er et 2 novembre de l'Armée de résistance du Seigneur (Lord's Resistance Army, LRA), groupe armé connu pour ses activités sanguinaires dans le nord de l'Ouganda.

L'OCHA affirme que le personnel humanitaire a été évacué de Dungu et que l'accès à la ville est réduit du fait de l'insécurité sur les routes.

« Une vaste zone de 10.000 km2, de l'ouest du Parc national de la Garamba à la frontière du Soudan », a été dépeuplée, selon l'OCHA.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.