Attentat : L'ONU en Somalie en deuil après la mort de deux de ses employés

30 octobre 2008

Le résident des Nations Unies et coordonnateur humanitaire pour la Somalie, Mark Bowden, a exprimé jeudi sa peine au sujet de la mort de deux employés de l'ONU dans l'attentat à la voiture piégée qui a frappé la veille un complexe du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Hargeisa, dans le nord de la Somalie.

Le résident des Nations Unies et coordonnateur humanitaire pour la Somalie, Mark Bowden, a exprimé jeudi sa peine au sujet de la mort de deux employés de l'ONU dans l'attentat à la voiture piégée qui a frappé la veille un complexe du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Hargeisa, dans le nord de la Somalie.

Mohammed Geele était conseiller local à la sécurité et travaillait pour l'ONU depuis cinq ans. Il laisse derrière lui une femme et cinq enfants. Sayid Hashi, de Borama, était chauffeur pour les Nations Unies depuis 1997 et laisse derrière lui une femme et trois fils, a précisé le Bureau du résident des Nations Unies dans un communiqué.

« Nos plus profondes condoléances vont aux familles et aux collègues de nos deux employés qui sont morts dans l'explosion », a déclaré M. Bowden. « Actuellement, notre préoccupation immédiate est le bien-être et le soutien aux familles des victimes et des employés qui ont survécu ce traumatisme. Etant donné l'extrême violence de l'attaque, nombre d'entre eux sont profondément bouleversés et pleurent la mort de leurs collègues », a-t-il ajouté.

Six autres employés ont été blessés, dont deux grièvement qui ont été évacués vers Djibouti pour y être hospitalisés. Leur état est stable désormais. L'ONU est en train d'évacuer d'autres employés qui ont besoin d'un traitement médical et d'un soutien psychologique à Nairobi. Les employés indispensables restent à Hargeisa mais leurs mouvements sont restreints, souligne le communiqué.

Au moment de l'attentat, il y avait 74 employés internationaux et 200 employés nationaux des Nations Unies travaillant à Hargeisa. Le complexe compte quatre bâtiments et le toit de certains s'est effondré.

« Alors que la Somalie est l'un des endroits les plus dangereux au monde pour les travailleurs humanitaires, Hargeisa est un endroit relativement stable et par conséquent beaucoup d'employés des Nations Unies étaient basés là », a souligné M. Bowden. « C'est grâce à cette stabilité que l'ONU a été en mesure d'aider le processus de reconstruction, construire des écoles dans un contexte de paix depuis 1998 », a-t-il ajouté.

Les agences des Nations Unies travaillent à Hargeisa et les régions du nord-ouest avec le gouvernement local et les communautés pour fournir de l'eau et des soins. L'assistance est fournie aux gens déplacés par la guerre et qui n'ont pas retrouvé une vie normale. Les agences de l'ONU apportent aussi leur aide dans les domaines de la police, de l'état de droit et de la gestion des finances publiques.

De son côté, le Conseil de sécurité a condamné jeudi « avec la plus grande fermeté » les attentats-suicide commis à Hargeisa et Bosasso, en Somalie, contre les locaux du PNUD, un bureau du gouvernement éthiopien et des services des pouvoirs publics locaux.

Dans une déclaration lue par son Président pour le mois d'octobre, Zhang Yesui (Chine), le Conseil de sécurité souligne que ces « attentats odieux », qui ont fait de nombreux morts et blessés, « semblent avoir été concertés ».

Le Conseil de sécurité présente ses « très sincères condoléances aux familles des victimes de ces attentats, ainsi qu’à la population et aux autorités somaliennes et éthiopiennes ».

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avait également condamné mercredi ces attentats.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : un attentat à la voiture piégée contre l'ONU fait au moins deux morts

Un attentat à la voiture piégée a frappé mercredi matin un site du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Hargeisa, dans le nord de la Somalie, tuant deux employés des Nations Unies, a indiqué l'ONU.