Ban attristé par les morts et destructions causées par un séisme au Pakistan

29 octobre 2008

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est déclaré mercredi profondément attristé par les morts et les destructions causées par un tremblement de terre au Balouchistan, au Pakistan.

Il a présenté « ses plus sincères condoléances aux familles de ceux qui ont été tués, blessés ou qui ont perdu leur abri à cause du tremblement de terre », selon une déclaration transmise par sa porte-parole.

Les Nations Unies sont en contact avec les autorités pakistanaises et évaluent la situation en collaboration avec elles, ajoute la déclaration.

L’ONU se tient prête à apporter son aide aux efforts pour répondre aux besoins humanitaires créés par la catastrophe, à travers les ressources existantes et des subventions tirées de fonds d’urgence, et pour mobiliser l’aide internationale, si nécessaire.

Selon la presse, le tremblement de terre, d’une magnitude de 6,5 sur l’échelle de Richter, a frappé une partie du sud-ouest de la province du Balouchistan mercredi matin. Au moins 150 personnes auraient été tuées et des centaines blessées.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué mercredi que les agences des Nations Unies s’étaient jointes aux autorités pakistanaises et à d’autres organisations humanitaires pour fournir de l’aide aux survivants.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a envoyé plusieurs kits médicaux qui devraient arriver dans la ville de Quetta d’ici le 31 octobre. Une équipe de l’OMS fait également partie d’une mission d’évaluation des Nations Unies envoyée dans les districts de Ziarat et de Pishin.

De son côté, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) est prêt à mobiliser ses stocks d’urgence dans le cadre d’une opération humanitaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle les gouvernements à mieux protéger les hôpitaux contre les catastrophes naturelles

Les Nations Unies ont lancé mercredi un cri d'alarme sur les coûts des catastrophes naturelles dans le secteur de la santé et ont appelé tous les gouvernements à mieux protéger les installations sanitaires, à l'occasion de la Journée internationale pour prévention des catastrophes qui tombe cette année le jour de la troisième commémoration du tremblement de terre au Pakistan.