L'UNESCO rend hommage à la religieuse franco-belge Sœur Emmanuelle

21 octobre 2008

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, s'est dit jeudi particulièrement peiné à l'annonce du décès de la religieuse franco-belge, Soeur Emmanuelle, qui s'était fait connaître par ses actions en faveur des chiffonniers du bivonville d'Ezbet El-Nakhl, au Caire, et des sans domicile fixe (SDF) français.

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, s'est dit jeudi particulièrement peiné à l'annonce du décès de la religieuse franco-belge, Soeur Emmanuelle, qui s'était fait connaître par ses actions en faveur des chiffonniers du bivonville d'Ezbet El-Nakhl, au Caire, et des sans domicile fixe (SDF) français.

« Je suis très attristé par la disparition de Sœur Emmanuelle, une religieuse qui était aussi une femme d'action », a déclaré Koïchiro Matsuura. « Elle restera dans nos mémoires pour sa simplicité mais aussi pour la formidable énergie qu'elle a mis au service des associations qu'elle avait créées. Le combat de Sœur Emmanuelle contre la pauvreté et pour la dignité humaine est aussi celui de l'UNESCO », a-t-il ajouté.

La religieuse franco-belge, âgée de 99 ans, avait aussi enseigné en Turquie, en Tunisie et en Egypte. Sa simplicité et son franc-parler lui valaient l'estime du public français. Elle est décédée le 20 octobre dans une maison de retraite du sud de la France.

Selon le souhait qu'elle avait exprimé, l'UNESCO s'apprêtait à célébrer au siège son centième anniversaire, le 24 novembre prochain, en coopération avec l'association qu'elle avait créée, l'Association ASMAE.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO marque le 40e anniversaire de la création d'Auroville en Inde

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a marqué vendredi le 40e anniversaire de la création d'Auroville (Inde), qui se veut le lieu d'une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités.