Géorgie : Retours massifs vers la zone tampon, selon le HCR

17 octobre 2008

Au cours de la semaine passée, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a été le témoin du retour massif des déplacés internes géorgiens vers leurs villages dans la zone tampon autour de la province séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud.

Au cours de la semaine passée, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a été le témoin du retour massif des déplacés internes géorgiens vers leurs villages dans la zone tampon autour de la province séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud.

« Plus de 20.000 personnes ont pris le chemin du retour depuis le retrait des troupes russes de la zone tampon le 8 octobre. La plupart des gens regagnent leurs maisons et leurs villages dans la zone tampon ou évaluent si les conditions de retour sont sûres et acceptables. Nous avertissons tous ceux qui rentrent de prendre garde aux mines et aux munitions non explosées. Des victimes ont déjà été enregistrées », a dit vendredi le porte-parole du HCR, Ron Redmond, lors de son point de presse à Genève.

Plus tôt cette semaine, le camp de tentes du HCR dans la ville géorgienne de Gori, en Ossétie du Sud, a été fermé après que les derniers déplacés internes sont partis pour rejoindre leur foyer dans la zone tampon ou ont été transférés dans des centres collectifs. Les tentes et les infrastructures du camp ont commencé à être démantelées.

Sur les 133.000 déplacés internes enregistrés par les autorités géorgiennes pendant le conflit du mois d'août entre la Géorgie et la Russie, le HCR estime que plus de 78.000 personnes sont rentrées dans leur foyer en Géorgie. Selon les autorités russes en Ossétie du Nord, moins de 2.000 personnes restent encore sur les 30.000 ayant fui l'Ossétie du Sud en août.

Le HCR a besoin de fonds supplémentaires de toute urgence pour garantir la poursuite de son assistance, des programmes d'hiver et de reconstruction pour les nouveaux déplacés dans la région du Caucase.

L'Appel d'urgence révisé pour la crise en Géorgie est de 44,9 millions de dollars pour les six prochains mois. Cela couvrira les programmes de protection, d'hébergement et d'assistance du HCR pour les personnes déplacées par le conflit du mois d'août. Jusqu'à présent, le HCR n'a reçu que 31% des fonds nécessaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Géorgie et Russie : La CIJ ordonne des mesures provisoires pour protéger les populations

La Cour internationale de justice (CIJ), saisie par la Géorgie d'une affaire contre la Russie, a rendu mercredi une ordonnance demandant aux parties de s'abstenir de tout acte de discrimination raciale en Ossétie du Sud, en Abkhazie et dans les régions géorgiennes adjacentes et de ne pas aggraver la situation.