Géorgie : Le Conseil de sécurité prolonge de quatre mois la MONUG

9 octobre 2008

Le Conseil de sécurité a prorogé jeudi de quatre mois le mandat de la Mission d'observation des Nations Unies en Géorgie (MONUG) chargée de surveiller l'accord de cessez-le-feu entre le gouvernement géorgien et les leaders de la région séparatiste d'Abkhazie.

La décision, qui a été prise à l'unanimité, a suivi la recommandation du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui avait prévenu dans un rapport publié lundi que le conflit cet été entre la Russie et la Géorgie dans la région séparatiste d'Ossétie du Sud avait rendu incertain l'avenir de la MONUG et suggéré de proroger le mandat pour des raisons techniques jusqu'au 15 février 2009.

La Mission d'observation des Nations Unies en Géorgie (MONUG) a été créée il y a quatorze ans et sa zone de responsabilité en Abkhazie comprend une Zone de sécurité, où aucune présence militaire n'est autorisée, une Zone d'armement limité, où il ne doit pas y avoir de matériel militaire lourd, et la vallée de la Kodori. La MONUG n'a pas de mandat pour opérer en Ossétie du Sud.

Selon le Secrétaire général, dans le contexte actuel, « il est trop tôt à ce stade pour définir le rôle que pourrait jouer la MONUG à l'avenir ». « Mais tant que l'implication internationale dans le conflit géorgien-abkhaz est considérée comme utile pour empêcher un nouveau conflit, la MONUG peut apporter sa contribution. J'ai reçu des indications formelles des parties géorgiennes et abkhazes qu'elles soutiennent la poursuite de la mission », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU devra redéfinir le mandat de sa Mission en Géorgie, selon Ban

Deux mois après le conflit entre la Géorgie et la Russie à propos de l'Ossétie du Sud puis de l'Abkhazie, il est trop tôt pour redéfinir le mandat confié à la Mission d'observation des Nations Unies en Géorgie (MONUG), même si les deux parties restent en faveur de son maintien, affirme le Secrétaire général dans un rapport publié lundi.