OMS : Des millions de personnes atteintes de troubles mentaux n'ont pas accès aux soins

9 octobre 2008

Plus de 75% des personnes atteintes de troubles mentaux dans les pays en développement ne reçoivent ni traitement, ni soins, indique l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui lance un appel aux gouvernements pour qu'ils renforcent rapidement les services de santé mentale.

Plus de 75% des personnes atteintes de troubles mentaux dans les pays en développement ne reçoivent ni traitement, ni soins, indique l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui lance un appel aux gouvernements pour qu'ils renforcent rapidement les services de santé mentale.

Un nouveau programme de l'OMS, lancé à l'occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, met l'accent sur les lacunes considérables dans le domaine des troubles mentaux, neurologiques et liés à l'utilisation de substances psychoactives. En Afrique par exemple, neuf épileptiques sur dix ne reçoivent aucun traitement, n'ayant même pas accès à des anticonvulsivants simples et bon marché (dont le coût est inférieur à cinq dollars par personne et par an).

L'OMS lance un appel aux gouvernements, aux donateurs et aux acteurs dans le domaine de la santé mentale en faveur d'un renforcement rapide du financement et des services de santé mentale de base. Avec des soins, une assistance psychosociale et des médicaments adéquats, des dizaines de millions de personnes pourraient être traitées pour des affections telles que la dépression, la schizophrénie et l'épilepsie et commencer à mener une vie en bonne santé – même lorsque les ressources sont rares.

« Les gouvernements du monde entier doivent considérer la santé mentale comme une composante essentielle des soins de santé primaires. Nous devons modifier les politiques et les pratiques. Ce n'est qu'ainsi que nous arriverons à fournir les services de santé mentale essentiels aux dizaines de millions de personnes qui en ont besoin », déclare le directeur général de l'OMS, le Dr Margaret Chan.

Le Programme d'action de l'OMS met l'accent sur le fossé existant entre les besoins nécessaires pour traiter une série d'affections prioritaires et les moyens effectivement disponibles dans le monde. Une majorité de pays consacrent moins de 2% de leur budget de la santé à la santé mentale. Chaque année, un tiers des schizophrènes, plus de la moitié des personnes souffrant de dépression et les trois quarts de celles confrontées à des troubles liés à l'usage de l'alcool n'ont pas accès à un traitement ou à des soins simples et abordables. On enregistre dans le monde un décès par suicide toutes les 40 secondes. Le suicide représente une des principales causes de mortalité chez le jeune adulte.

Cette situation n'a rien d'une fatalité, selon l'OMS. Au Chili, le Programme national de santé primaire offre désormais un traitement contre la dépression à tous ceux qui en ont besoin et apporte ainsi des soins à des centaines de milliers de personnes. En Chine, un projet épilepsie qui intègre un modèle de lutte contre l'épilepsie aux systèmes de santé locaux a obtenu d'excellents résultats. Il est ainsi confirmé que l'épilepsie peut être traitée au moyen d'un anticonvulsivant peu coûteux, administré par des professionnels de la santé qui ont reçu une formation de base. Le projet d'abord appliqué dans six provinces a désormais été étendu à quinze provinces et des dizaines de millions d'épileptiques en ont bénéficié.

Le coût supplémentaire du renforcement des services contre les troubles mentaux n'est guère élevé. Une étude effectuée par l'OMS a démontré que, dans les pays à faible revenu, la généralisation d'un ensemble d'interventions essentielles concernant trois formes de troubles mentaux – schizophrénie, trouble bipolaire et dépression – et un facteur de risque – l'usage dangereux de l'alcool – supposait un investissement supplémentaire ne dépassant pas 0,20 dollar par personne et par an.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.