Gordon Brown appelle à un nouvel ordre financier mondial

26 septembre 2008

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a appelé vendredi à un nouvel ordre financier mondial pour mettre fin à la crise économique actuelle, dans un discours à l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

Pour mettre fin à la culture de l'irresponsabilité, « nous devons construire maintenant un nouvel ordre financier mondial fondé sur la transparence et non pas sur l'opacité, récompensant le succès et non l'excès, la responsabilité et non l'impunité, et qui est mondial et pas national », a dit M. Brown.

Il a proposé cinq principes clés à respecter par toutes les nations : transparence et critères comptables améliorés; pratiques bancaires solides et règlementation plus efficace ; responsabilité accrue pour la haute hiérarchie; intégrité; et surveillance des flux mondiaux de capitaux.

Le Premier ministre britannique a aussi appelé à une action urgente pour s'attaquer à ce qu'il a appelé « la bousculade mondiale pour les ressources » en répondant au problème des prix élevés des produits de base et « en prenant de fortes décisions sur la sécurité énergétique et le changement climatique ». Il a déclaré qu'il accueillerait plus tard cette année un sommet mondial sur l'énergie à Londres pour pousser à un accord sur ces questions.

Selon lui, la coopération entre nations est plus importante que jamais. Recourir à l'isolement et au protectionnisme n'est pas la solution à la crise, a-t-il ajouté. « C'est seulement en maintenant nos économies ouvertes, flexibles et dynamiques que nous protégerons le mieux les emplois des gens, leurs maisons et leurs niveaux de vie », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Face à la crise financière, le Japon propose de partager son expérience

Face à la crise financière actuelle, le Premier ministre du Japon, Taro Aso, a proposé jeudi de partager l'expérience de son pays qui avait été confronté à une crise similaire dans les années 1980 et 1990, dans un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU.