Crise alimentaire : l'Afrique peut devenir exportatrice agricole, selon Ban

22 septembre 2008

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé lundi les pays africains à consacrer au moins 10% de leur budget à l'agriculture, se déclarant convaincu qu'avec l'irrigation et un soutien international l'Afrique pourrait passer de la pénurie à l'exportation de produits agricoles.

« La question de la crise alimentaire est une question de vie ou de mort, littéralement », a déclaré le Secrétaire général lors d'une réunion sur la crise alimentaire mondiale centrée sur « les petits exploitants agricoles, la sécurité alimentaire et le développement rural en Afrique », en marge de la session spéciale de haut niveau de l'Assemblée générale de l'ONU sur l'Afrique à New York.

Le Malawi recevait une assistance alimentaire en 2005. Il est devenu exportateur en 2007, a souligné le Secrétaire général.

« A l'heure actuelle, 7% seulement des terres arables en Afrique sont irriguées ». Le reste repose sur les pluies, qui manquent de plus en plus souvent, a-t-il noté, appelant à des investissements dans des techniques agricoles modernes, qui accroîtront les besoins de stockages et les infrastructures telles que les routes.

Le Secrétaire général a rappelé qu'au cours de la révolution verte asiatique, les pays de la région dépensaient entre 11 et 14% de leur budget nationaux à l'agriculture, tout en recevant un soutien important de la communauté internationale.

Il a exhorté les pays africains à mettre en oeuvre la Déclaration du sommet de l'Union africaine (UA) de Maputo de 2003, qui fixait à 10% le budget de ses membres en matière agricole et de développement rural.

« A l'heure actuelle, 4% seulement de l'aide publique au développement va à l'agriculture, comparé à 20% dans les années 1980 », a-t-il aussi rappelé.

De son côté, le professeur Jeffrey Sachs, conseiller spécial du Secrétaire général sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), a accusé lors de cette réunion les pays riches de ne rien faire pour aider les agriculteurs pauvres à se sortir de la famine, tandis que l’Amérique rachète les dettes de Wall Street et que les Etats Membres de l’Union européenne cherchent à récupérer la somme de 1 milliards d’euros en subventions agricoles non utilisées, promise par le président de l’Union européenne pour lutter contre la crise alimentaire mondiale. « Ca suffit ! » s’est-il exclamé, demandant combien de crises il faudrait encore pour que les promesses soient enfin réalisées.

Il a rappelé que le rendement des terres agricoles en Afrique était inférieur d’au moins deux tiers à celui rencontré partout ailleurs sur la planète, alors qu’il pourrait être doublé voire triplé avec des méthodes modernes et l'utilisation de semences et d’engrais. « Mais les agriculteurs africains ne pourront pas s’en sortir tous seuls », a-t-il insisté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La hausse des prix alimentaires menace la lutte mondiale contre la pauvreté

Les progrès réalisés dans la lutte contre la pauvreté dans le monde sont menacés par la récente augmentation des prix alimentaires et des carburants et par le ralentissement économique mondial, selon le « Rapport de 2008 sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) » publié jeudi.