Le Procureur de la CPI à New York pour obtenir un soutien sur le Darfour

22 septembre 2008

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, était lundi à New York et y restera jusqu'au 26 septembre pour y rencontrer des acteurs internationaux de premier plan et envisager les moyens de renforcer la protection des civils au Darfour, de faire cesser les crimes et d'assurer l'exécution du mandat judiciaire et des décisions de la Cour.

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, était lundi à New York et y restera jusqu'au 26 septembre pour y rencontrer des acteurs internationaux de premier plan et envisager les moyens de renforcer la protection des civils au Darfour, de faire cesser les crimes et d'assurer l'exécution du mandat judiciaire et des décisions de la Cour.

En juillet 2008, après avoir mené une deuxième enquête relative aux crimes commis au cours de ces cinq dernières années au Darfour (Soudan), le Bureau du Procureur avait demandé qu'un mandat d'arrêt soit délivré à l'encontre du président soudanais Omar Al-Bachir, accusé de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité et de génocide au Darfour, rappelle un communiqué de la CPI.

« Nous nous sommes vu confier un mandat judiciaire et nous l'avons exercé. Nous avons présenté des arguments solides. Il ressort des éléments de preuve que les crimes se poursuivent aujourd'hui encore contre les habitants du Darfour. M. Al-Bachir exerce un contrôle absolu sur ses forces qui violent des femmes, mettent en place dans les camps des conditions propres à détruire des communautés entières et continuent de bombarder des écoles. La décision appartient aux juges. Il s'agit là d'un défi gigantesque que doivent relever les dirigeants de la planète. Ils se doivent de protéger les victimes et de garantir le respect des décisions de la Cour. Les personnes recherchées par la Cour doivent répondre de leurs actes devant la justice. Entre des criminels et 2,5 millions de victimes, il convient de faire le bon choix », a déclaré le Procureur.

La Chambre préliminaire I de la CPI examine en ce moment les éléments de preuve qui lui ont été présentés par le Bureau du Procureur et décidera s'il existe des motifs raisonnables de croire que les personnes citées ont commis les crimes présumés. L'Accusation a sollicité la délivrance d'un mandat d'arrêt.

Par ailleurs, le Bureau vient de demander au gouvernement du Soudan de lui remettre des informations à propos de l'attaque commise le 25 août contre le camp de Kalma, où les forces soudanaises auraient tué 31 civils au minimum.

L'Accusation achève également sa troisième enquête, qui se concentre sur les crimes commis par les rebelles et notamment sur les personnes qui portent la responsabilité la plus lourde pour l'attaque commise contre les soldats de l'Union africaine chargés du maintien de la paix à Haskanita, en septembre 2007.

La Cour pénale internationale est une cour permanente et indépendante qui mène des enquêtes et engage des poursuites à l'encontre de personnes accusées des crimes les plus graves ayant une portée internationale – génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre – pour autant que les autorités nationales compétentes n'aient ni la capacité ni la volonté de le faire véritablement.

La question du Darfour a été dimanche au centre d'une réunion à New York à l'invitation du Secrétaire général et du président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping, afin d'examiner la question sécuritaire et humanitaire, le déploiement de l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD) et le mandat d'arrêt demandé par le Procureur de la CPI, selon la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien.

Ban Ki-moon a souligné la nécessité que la justice se poursuive en parallèle du processus de paix. Jean Ping a de son côté mis en avant les préoccupations de l'Union africaine concernant l'affaire examinée par la CPI.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Procureur de la CPI accuse le président du Soudan de génocide

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a présenté lundi des éléments de preuve qui démontrent que le président du Soudan, Omar Hassan Ahmad Al-Bachir, a commis des crimes de génocide, des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre au Darfour.