Afghanistan : forte augmentation du nombre de civils tués depuis janvier

16 septembre 2008

Le nombre de civils tués en Afghanistan a fortement augmenté au cours des huit premiers mois de 2008 comparé à la même période de l'année précédente, selon des chiffres rendus publics mardi par le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

Le nombre de civils tués en Afghanistan a fortement augmenté au cours des huit premiers mois de 2008 comparé à la même période de l'année précédente, selon des chiffres rendus publics mardi par le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

Le nombre de civils tués par les talibans et les autres forces anti-gouvernementales a pratiquement doublé et le nombre de ceux tués par les forces armées gouvernementales et internationales a aussi augmenté de manière substantielle. L'équipe des droits de l'homme rattachée à la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a enregistré un total de 1.445 victimes civiles au cours des huit premiers mois de 2008, soit une hausse de 39 % par rapport à la même période en 2007 (1.040 morts liées à la guerre).

Le mois d'août a été particulièrement meurtrier, avec 330 civils tués, dont 92 lors d'une opération impliquant les forces armées afghanes et internationales dans le Shindand, dans l'ouest du pays, ainsi que l'assassinat de quatre travailleurs humanitaires, dont trois femmes, par les talibans le 13 août, dans la province de Logar, au sud de la capitale Kaboul. « C'est le nombre le plus élevé de morts parmi les civils au cours d'un seul mois depuis la fin des principaux combats et l'éviction du régime taliban à la fin de 2001 », a déclaré le Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Mme Navi Pillay, cité dans le communiqué.

Plus précisément, 800 morts, soit 55 % du total pour les huit premiers mois de 2008, sont attribuées aux talibans et aux autres forces insurgées, contre 462 pour la même période en 2007. Des attaques suicides et des engins explosifs artisanaux, largement utilisés par l'opposition armée, ont causé la mort de 551 civils. La MANUA a aussi enregistré 142 exécutions sommaires par les talibans et leurs alliés et des dizaines de menaces de mort, d'intimidation, de harcèlement. « Nous avons de plus en plus de preuves montrant que les talibans mènent une campagne systématique d'intimidation et de violence visant les civils afghans qu'ils soupçonnent d'être favorables au gouvernement, à la communauté internationale et aux forces armées », a souligné Mme Pillay.

Les forces pro-gouvernementales ont été responsables de la mort de 577 civils au cours des huit premiers mois de 2008 lors d'opérations militaires, contre 477 lors de la même période l'an passée. La responsabilité pour 68 autres décès, dont un certain nombre de morts dues à des tirs croisés, n'était pas claire. Selon les statistiques de la MANUA, 395 civils ont été tués lors de bombardements, soit plus des deux tiers du total des morts dues aux forces pro-gouvernementales. Il y a eu notamment eu le bombardement d'un mariage dans la province de Nangahar le 6 juillet qui a provoqué la mort de 47 civils, dont 30 enfants, et le bombardement dans le Shindand le 22 août, qui aurait causé la mort de 62 enfants.

Mme Pillay a jugé « nécessaire une meilleure coordination entre les forces armées afghanes et internationales pour renforcer la protection des civils et la sécurité et le bien-être des communautés affectées par la guerre ». Elle a appelé « toutes les parties à respecter le droit humanitaire international et à s'assurer que tous les efforts sont faits pour éviter la mort de civils ». Elle a également réclamé une plus grande transparence pour les incidents meurtriers dans lesquelles les forces internationales sont impliquées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afghanistan : Ban condamne une attaque suicide qui a tué deux médecins de l'OMS

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné « dans les termes les plus forts possibles » une attaque suicide dimanche contre un convoi des Nations Unies dans le sud de l'Afghanistan qui a tué deux médecins de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).