Le programme de déminage au Sud-Liban récompensé par le HCR

15 septembre 2008
Une zone déminée au Sud-Liban.

Les démineurs du Programme d'action des Nations Unies contre les mines au Sud-Liban vont recevoir la distinction Nansen pour les réfugiés 2008 pour avoir débarrassé la région de tonnes de munitions mortelles qui empêchaient le retour dans la sécurité de centaines de milliers de personnes déplacées.

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, a annoncé que le prix annuel serait remis à Christopher Clark, le coordinateur britannique du programme financé par les Nations Unies ainsi qu'à son personnel international et libanais, composé de près de 1 000 démineurs civils, indique un communiqué. La cérémonie de remise de la distinction Nansen aura lieu le 6 octobre à Genève.

« Chris Clark et son personnel international et libanais du Programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban ont travaillé courageusement pour débarrasser le Sud-Liban des restes de la guerre et des bombes à fragmentation », a déclaré António Guterres. « Grâce à leur travail minutieux et à leur dévouement, ces équipes ont créé les conditions nécessaires à un retour sûr et digne dans leur foyer de près d'un million de déplacés libanais. »

En 2006, pendant une période de cinq semaines, entre 2,6 et quatre millions de bombes israéliennes à fragmentation ont été dispersées à travers le Sud-Liban. Plus de 750 000 Libanais avaient fui le sud du pays et vécu comme déplacés internes au Nord-Liban, tandis que 250 000 autres personnes s'étaient enfuies en Syrie ou plus loin.

La distinction Nansen pour les réfugiés est attribuée chaque année à des personnes ou des organisations en reconnaissance de leurs services exceptionnels en faveur des réfugiés. Cette distinction est dotée d'un prix de 100.000 dollars que le gagnant peut donner à la cause de son choix.

Christopher Clark a passé la moitié de sa vie dans des environnements dangereux, notamment au sein de l'armée britannique. A la fin des années 1990, il est devenu le directeur des programmes d'action contre les mines des Nations Unies au Soudan et au Kosovo. En 2003, il a rejoint le Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Son équipe de démineurs libanais et internationaux a détecté et détruit de grandes quantités de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines. Après la guerre de cinq semaines qui a eu lieu dans le Sud-Liban en 2006 entre Israël et le Hezbollah, ils se sont concentrés sur le retrait des petites bombes mortelles dispersées par les bombes à fragmentation dans les villages et sur les terres agricoles. Ils ont éliminé quelque 149.000 de ces engins.

Sans la réponse rapide et professionnelle du Programme d'action contre les mines des Nations Unies en 2006, il aurait été extrêmement difficile de mettre en place l'effort de secours humanitaire dans le Sud-Liban, car une menace encore plus grande aurait pesé sur les travailleurs humanitaires et les civils à cause des petites bombes à fragmentation non explosées et d'autres munitions non explosées. Des instructions sur la sécurité antimines et des cartes routières mises à jour étaient fournies quotidiennement au personnel des Nations Unies et des agences de secours. Les convois humanitaires étaient accompagnés par des membres de l'équipe et des démineurs mis à disposition dans des délais brefs pour déminer les zones infectées et aider à récupérer les morts et les blessés si nécessaire.

Depuis le conflit de 2006, 39 membres du groupe ont été blessés et 14 sont morts en déminant. De plus, 195 civils ont été blessés du fait de munitions à fragmentation et d'autres engins non explosés, et 20 civils ont été tués.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.