La discrimination à l'égard des femmes contraire au droit international, rappelle Navi Pillay

12 septembre 2008

Le Haut Commissaire aux droits de l'homme, Navanethem Pillay, a appelé vendredi le Conseil des droits de l'homme à tout faire pour éliminer les lois et les coutumes qui sapent la réalisation de l'égalité entre les hommes et les femmes.

Le Haut Commissaire aux droits de l'homme, Navanethem Pillay, a appelé vendredi le Conseil des droits de l'homme à tout faire pour éliminer les lois et les coutumes qui sapent la réalisation de l'égalité entre les hommes et les femmes.

« Depuis l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme , des progrès remarquables ont été accomplis pour aboutir à l'égalité entre les hommes et les femmes, que ce soit l'élaboration ou la mise en oeuvre des lois nationales, des politiques ou des programmes dans ce domaine. Mais il reste beaucoup à faire », a-t-elle déclaré lors d'une allocution devant le Conseil des droits de l'homme.

Elle a déploré « les lois et coutumes qui continuent de réduire les femmes et les filles à des citoyens de seconde classe, malgré les normes internationales et les engagements spécifiques » qui ont été pris pour faire disparaître ces textes et pratiques.

La discrimination à l'égard des femmes fait de la promesse de la Déclaration universelle des droits de l'homme un engagement sans lendemain pour des millions de femmes et de filles, a-t-elle souligné.

Les femmes sont parmi les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées dans le monde et elles ont un accès plus réduit aux droits, aux ressources et aux opportunités, a dit le Haut Commissaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Haut commissaire aux droits de l'homme appelle à faire plus pour prévenir les génocides

Le nouveau Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, la Sud-Africaine Navi Pillay, a appelé lundi à faire davantage d'efforts pour prévenir les génocides, qu'elle a décrit comme "l'ultime forme de discrimination", dans son premier discours aux États participant au Conseil des droits de l'homme à Genève.