Le nouveau Haut Commissaire aux droits de l'homme a pris ses fonctions

2 septembre 2008
Navi Pillay, Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme.

Le nouveau Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, la Sud-africaine Navi Pillay, a officiellement pris ses fonctions lundi pour un mandat de quatre ans.

Mme Pillay a été nommée à ce poste par l'Assemblée générale de l'ONU en juillet sur recommandation du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Le Haut commissariat aux droits de l'homme, créé en 1993, compte désormais 1.000 employés travaillant dans 50 pays avec un budget total de 150 millions de dollars, a précisé mardi la porte-parole adjointe du Secrétaire général, Marie Okabe, à New York.

Mme Pillay a été auparavant pendant cinq ans juge à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, la première cour permanente indépendante établie pour juger des cas de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Avant d'être nommée à la CPI, elle avait siégé pendant huit ans au Tribunal pénal international pour le Rwanda, dont quatre ans comme présidente.

La présidence de la Cour pénale internationale (CPI), constituée par le président, le juge Philippe Kirsch, et ses deux vices présidents, les juges Akua Kuenyehia et René Blattmann, a décidé vendredi de nommer le juge ougandais Daniel Nsereko pour remplacer Mme Pillay, a annoncé la CPI dans un communiqué publié mardi à La Haye.

La Chambre d'appel est actuellement, composée des juges Philippe Kirsch, Georghios M. Pikis, Sang-Hyun Song, Erkki Kourula et Daniel Nsereko.

Le juge Nsereko a plus de vingt ans d'expérience variée en matière de droit pénal et de procédure pénale. En tant qu'avocat, il plaide depuis 1972, tant au civil qu'au pénal, devant des Magistrates' Courts, la Haute Cour et la Cour d'appel en Ouganda. Il a suivi, en qualité d'observateur, des procès menés au Swaziland en 1990 et en Éthiopie en 1996, et a élaboré en ces occasions des rapports confidentiels détaillés sur l'application des normes internationales en matière de droits de l'homme.

De 1983 à 1984, le juge Nsereko a été expert consultant au service de la prévention du crime et de la justice pénale du Centre des Nations Unies pour le développement social et les affaires humanitaires. Il a publié de nombreux articles et ouvrages sur le droit pénal et la procédure pénale, les droits de l'homme et le droit international humanitaire.

Il est professeur de droit à l'Université du Botswana depuis 1996.

Il est titulaire d'une licence en droit de l'Université de l'Afrique de l'Est (Tanzanie), d'un mastère en droit comparé de l'Université Howard, ainsi que d'un mastère et d'un doctorat en droit de la New York University – NYU (États-Unis).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.