Afrique de l'Ouest : Les services aériens humanitaires du PAM en manque d'argent

2 septembre 2008

Les services aériens humanitaires des Nations Unies en Afrique de l'Ouest sont menacés par le manque de ressources financières, a prévenu le Programme alimentaire mondial (PAM).

Les services aériens humanitaires des Nations Unies en Afrique de l'Ouest sont menacés par le manque de ressources financières, a prévenu le Programme alimentaire mondial (PAM).

L'agence, qui transporte une assistance à des centaines de milliers de personnes vulnérables, a besoin de 5,1 millions de dollars pour poursuivre son service, indique un communiqué publié lundi.

Une interruption de ce service aura de graves conséquences pour les populations de la région qui ont besoin d'assistance et pour la sécurité du personnel du PAM, selon le directeur régional pour l'Afrique de l'Ouest, Thomas Yanga.

Le service aérien transporte le personnel humanitaire mais sert aussi aux évacuations médicales et sécuritaires, affirme le communiqué qui impute le déficit financier à la montée du prix du carburant et au manque de fonds en provenance des donateurs.

En République centrafricaine, où le PAM assiste 300.000 personnes, un avion a dû être maintenu au sol et un second devra se contenter d'un programme de vol réduit. Le service couvre aussi la Côte d'Ivoire, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. C'est le seul moyen de transport vers le nord de la Centrafrique, notamment les régions frontalières avec le Tchad et le Darfour, au Soudan.

L'opération a besoin de 2,5 millions de dollars pour les six prochains mois, à défaut de quoi elle devra s'interrompre en septembre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afrique de l'Ouest : les inondations menacent la sécurité alimentaire

Les inondations causées par de fortes pluies en Afrique de l'Ouest menacent la sécurité alimentaire de la région déjà affaiblie par la montée du prix des aliments, a déclaré jeudi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).