Géorgie : Le HCR signale des intimidations dans la zone à la frontière avec l'Ossétie du Sud

29 août 2008

Les nouveaux déplacés arrivés dans la ville de Gori (Géorgie) ont dit avoir subi des intimidations, et certains ont reçu des coups par des miliciens dans des villages de la zone tampon à la frontière avec la région d'Ossétie du Sud, rapporte vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés.

Les nouveaux déplacés arrivés dans la ville de Gori (Géorgie) ont dit avoir subi des intimidations, et certains ont reçu des coups par des miliciens dans des villages de la zone tampon à la frontière avec l'Ossétie du Sud, rapporte vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés.

Jeudi, quelque 2 300 personnes des villages situés dans la zone tampon ont été enregistrées à Gori en tant que déplacés internes, a indiqué la porte-parole de l'agence.

Quelques 800 personnes parmi ces déplacés sont hébergées dans un camp de tentes, qui a été monté plus tôt cette semaine pour accueillir les nouveaux déplacés et les rapatriés en provenance d'autres parties de la Géorgie dans l'espoir de rentrer dans leurs villages situés dans la zone tampon. D'autres sont accueillis dans des centres municipaux.

Le camp résulte d'un partenariat entre le HCR, l'UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM), qui ont travaillé intensément et rapidement pour créer des conditions de vie décentes pour les déplacés. Le HCR a monté 100 tentes familiales et a fourni aux déplacés des matelas et des couvertures. Des équipements sanitaires et de distribution d'eau courante ont été mis en place dans le camp, qui se situe à la limite de Gori.

Nombre des derniers arrivants ont rejoint Gori mardi et mercredi, après avoir été déplacés de force par des milices dans des villages situés près de la démarcation avec l'Ossétie du Sud. Plusieurs déplacés ont dit au HCR qu'ils avaient fui les combats plus tôt ce mois-ci et qu'ils venaient tout juste de rentrer chez eux, ce week-end. Ces personnes ont décrit des milices qui sont entrées dans les villages tirant en l'air, harcelant les habitants et pillant leurs biens. Il n'y a pas eu de nouvelles arrivées jeudi.

Les nouveaux déplacés à Gori ont tous dit avoir subi des intimidations, et certains ont reçu des coups par des miliciens. D'autres sont retournés à Gori, car ils ne se sentaient pas en sécurité à leur retour dans leur village : ils y ont trouvé leur maison endommagée et pillée, ainsi que leur bétail massacré. Ils craignent aussi la présence de mines.

Parmi les 2 300 déplacés se trouvent des personnes qui ont fui vers la capitale géorgienne, Tbilissi, durant le récent conflit et qui souhaitent maintenant rentrer dans leurs villages se situant dans la zone tampon, mais ils ne peuvent pas le faire à cause de la situation sécuritaire.

Des déplacés de longue date depuis les années 90 font aussi partie de ce groupe enregistré. Entre 10 000 et 15 000 habitants de Gori sont rentrés dans leur ville, qui compte une population de 70 000 en temps de paix selon le gouvernement géorgien.

Les membres d'une mission d'évaluation menée par le HCR mercredi dans les villages situés au nord de Gori ont confirmé avoir rencontré de nombreux rapatriés qui étaient traumatisés et effrayés. Des personnes sont rentrées dans leurs villages alors qu'ils sont confrontés à une pénurie des services de base comme l'eau courante, les soins médicaux et la nourriture.

En Ossétie du Sud, des personnes déplacées continuent de rentrer chez elles. Selon les autorités de la Fédération de Russie, plus de 25 000 personnes originaires d'Ossétie du Sud sont rentrées de Fédération de Russie, depuis le 12 août. Des personnes qui sont toujours accueillies dans des centres d'hébergement temporaire en Russie devraient rentrer en Ossétie du Sud début septembre.

La situation sur le terrain reste complexe et imprévisible en Géorgie avec des mouvements ininterrompus de personnes. Les équipes du HCR continuent de surveiller étroitement ces mouvements.

Plus de 158 000 personnes ont été déplacées depuis l'éruption du conflit le 8 août; environ 128 000 à l'intérieur de la Géorgie et environ 30 000 personnes ayant fui en Fédération de Russie. Avant la dernière crise, le HCR travaillait déjà en Géorgie en faveur de quelque 220 000 personnes précédemment déplacées, des réfugiés, des rapatriés, des demandeurs d'asile et des apatrides.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La France réclame une mission d'enquête des Nations Unies sur la Géorgie

La France, en sa qualité de représentante de l'Union européenne et de négociatrice de l'accord de cessez-le-feu entre la Géorgie et la Russie, a réclamé jeudi l'envoi d'une mission d'enquête des Nations Unies en Géorgie, lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU à New York.