Tchad : 30.000 personnes touchées par des inondations

25 août 2008

Près de 30.000 personnes sont affectées par les inondations autour de la ville de Sarh, dans le sud du Tchad, annonce la Coordination humanitaire de l'ONU dans le pays qui prépare une assistance.

« Les populations ont perdu la plupart de leurs biens. Près de 10.000 d'entre elles ont aussi perdu leur maison et sont maintenant très vulnérables. Par ailleurs, trois personnes seraient mortes dans l'effondrement de leur maison et 8 gravement blessées », rapporte un communiqué publié ce week-end.

Le responsable humanitaire de l'ONU au Tchad, Kingsley Amaning, a déclaré travailler avec le gouvernement pour apporter une assistance au plus vite.

Il s'agit notamment d'abris, d'articles non alimentaires, de produits de purification de l'eau, de produits sanitaires et de suppléments nutritifs. Mais les besoins alimentaires vont se faire sentir puisque l'eau a recouvert 6.000 hectares de terres agricoles, détruisant les récoltes.

Des pluies torrentielles se sont abattues sur Sarh depuis la fin du mois de juillet. Un total de 122 latrines et douches ont été détruites, ce qui pose un grave problème de santé, a dit le Dr. Dah ould-Cheik, représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au Tchad. Ce dernier craint la diffusion du paludisme ainsi que des maladies respiratoires et liées aux diarrhées ».

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a déjà apporté des produits pour imprégner les moustiquaires, du chlore, des kits familiaux pour le traitement de l'eau et des biscuits à haute valeur énergétique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Tchad : l'ONU accorde 1,2 million de dollars pour remplacer de l'aide pillée ou brûlée

Les Nations Unies ont accordé la somme de 1,2 million de dollars, à travers le Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires (CERF), pour remplacer de l'aide non alimentaire qui avait été brûlée ou pillée dans le cadre d'affrontements dans l'est du Tchad en juin, a annoncé jeudi le Bureau du coordonnateur humanitaire au Tchad.