Changement climatique : Inde, Pakistan, Afghanistan et Indonésie très vulnérables, selon une étude

22 août 2008

L'Inde, le Pakistan, l'Afghanistan et l'Indonésie sont parmi les pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique, tels que l'augmentation des sécheresses extrêmes, des inondations et des cyclones attendue dans les prochaines décennies, selon une nouvelle étude commandée par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et l'organisation humanitaire CARE International.

L'Inde, le Pakistan, l'Afghanistan et l'Indonésie sont parmi les pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique, tels que l'augmentation des sécheresses extrêmes, des inondations et des cyclones attendue dans les prochaines décennies, selon une nouvelle étude commandée par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et l'organisation humanitaire CARE International.

« Les dirigeants et les communautés dans ces Etats et dans d'autres Etats en danger dans les régions du Sahel, de la Corne de l'Afrique et de l'Asie du Sud-est affrontent déjà d'énormes défis politiques, sociaux, démographiques, économiques et sécuritaires. Le changement climatique compliquera grandement les choses et pourrait saper les efforts destinés à faire face à ces défis », a déclaré le Dr. Charles Ehrhart, l'un des auteurs du rapport publié vendredi.

« Au cours des derniers mois, nous avons été les témoins d'images atroces de gens frappés par des catastrophes naturelles dans les parties les plus diverses du monde, dont le cyclone Ivan à Madagascar, les sécheresses dans des régions de l'Asie du sud et de l'est, et plus récemment le cyclone Nargis au Myanmar », a noté le Secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires humanitaires, John Holmes.

L'étude examine les conséquences les plus probables du changement climatique au cours des 20 à 30 prochaines années. Les auteurs de l'étude ont dressé une carte des risques associés au changement climatique, se concentrant sur les inondations, les cyclones et les sécheresses.

« La probabilité que des inondations, de violentes tempêtes et des sécheresses se transforment en catastrophes est déterminée par un nombre de facteurs, dont l'accès donné aux populations, dans les temps, à un équipement adéquat et à l'information et leur capacité à exercer une influence politique », a expliqué le Dr. Ehrhart. « L'absence de ces facteurs explique pourquoi les gens pauvres, particulièrement les groupes sociaux marginalisés comme les bergers en Afrique, les femmes et les enfants constituent la grande majorité des victimes de catastrophes », a-t-il ajouté.

Selon les auteurs de l'étude, l'établissement de cartes des zones sensibles est destiné à aider les responsables politiques à saisir l'importance du problème auquel est confronté le monde et à encourager les acteurs humanitaires à adapter leurs stratégies aux risques nouveaux dus au changement climatique.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban Ki-moon appelle la jeunesse à lutter contre le changement climatique

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mardi la jeunesse du monde entier à s'investir dans la lutte contre le changement climatique à l'occasion de la Journée internationale de la jeunesse.