Ban Ki-moon attristé par la mort du président de la Zambie

19 août 2008

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est déclaré mardi « profondément attristé » par la mort du Président de la Zambie, Levy Patrick Mwanawasa, qui présidait également la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).

Ban Ki-moon « transmet ses profondes condoléances à la famille du Président Mwanawasa et au peuple et au gouvernement de Zambie, dans ce moment difficile », selon une déclaration transmise par sa porte-parole.

Levy Mwanawasa, 59 ans, est mort mardi dans un hôpital militaire français dans la région parisienne. Il y était hospitalisé depuis début juillet après avoir été victime d'une attaque cérébrale lors d'un sommet de l'Union africaine à Charm el-Cheikh, en Egypte. Devenu vice-président en 1991 après la défaite de Kenneth Kaunda, président historique de la Zambie indépendante, il avait accédé au poste de président fin 2001. Réélu de justesse en 2006, son mandat courait jusqu'en 2011.

En tant que vice-président puis président, M. Mwanawasa occupait une place prééminente dans la vie politique zambienne à un moment de changement dans son pays et dans la région de l'Afrique australe, souligne la déclaration du Secrétaire général. Alors qu'il était en fonction, la Zambie a joué un rôle crucial dans la lutte pour mettre fin à l'apartheid en Afrique du Sud et il a eu une attitude ferme, en tant que président de la SADC, pendant la période de crise post-élection au Zimbabwe. Concernant la crise au Zimbabwe, le Secrétaire général a beaucoup apprécié de travailler avec lui au cours des derniers mois, ajoute le communiqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Zimbabwe : l'ONU en discussions pour jouer un rôle de moniteur des élections

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a évoqué aujourd’hui des discussions en vue de trouver un « possible rôle » de moniteur du deuxième tour de l’élection présidentielle au Zimbabwe.