Les Pays-Bas mettent à la disposition du PNUE un laboratoire d'urgence mobile

18 août 2008

Les Pays-Bas ont officiellement mis lundi à la disposition du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) un laboratoire mobile, utilisable en cas d'urgence environnementale.

Les Pays-Bas ont officiellement mis lundi à la disposition du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) un laboratoire mobile, utilisable en cas d'urgence environnementale.

« Un des véhicules contient une unité d'analyse et de mesure tandis que l'autre contient du matériel de soutien logistique tels qu'un équipement satellite et un GPS » affirme un communiqué.

Les deux véhicules tout-terrain peuvent être déployés par avion cargo en cas de catastrophe impliquant des substances dangereuses. Le fonctionnement des véhicules et du matériel est assuré par un réseau d'institutions de recherche et de ministères des Pays Bas.

La Vice-directrice exécutive du PNUE, Angela Cropper, a estimé qu'il s'agissait d'un excellent exemple de l'intégration des préoccupations environnementales et humanitaires.

Ce projet coûtera aux Pays Bas un million d'euros sur une période de cinq ans. Les véhicules seront déployés à la demande de l'ONU ou d'autres organisations internationales qui en font la demande, notamment l'unité commune entre le PNUE et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Cette unité a récemment aidé le gouvernement des Philippines lorsqu'un ferry rempli de pesticides a coulé au large de ses côtes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

PNUE : Des experts déployés aux Philippines pour éviter une catastrophe écologique

Une équipe d'experts des Nations Unies et de l'Union européenne (UE) a été déployée jeudi aux Philippines afin d'évaluer comment retirer les produits chimiques toxiques qui se trouvent à bord du ferry qui a sombré le 21 juin, afin d'éviter une catastrophe écologique.