HCR : la fermeture de camps de réfugiés en Afrique du Sud suspendue

15 août 2008
Des étrangers déplacés déchargent des matelas à Germiston (Afrique du Sud).

Le gouvernement de la province de Gauteng en Afrique du Sud a suspendu la fermeture de six camps temporaires abritant les victimes d'attaques xénophobes de ces deux derniers mois, suite à une décision rendue par la Cour constitutionnelle du pays, annonce vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Le gouvernement de la province de Gauteng en Afrique du Sud a suspendu la fermeture de six camps temporaires abritant les victimes d'attaques xénophobes de ces deux derniers mois, suite à une décision rendue par la Cour constitutionnelle du pays, annonce vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Ces camps, qui abritent principalement des gens originaires du Zimbabwe, mais aussi de la République démocratique du Congo (RDC), de la Somalie, du Mozambique, du Burundi et du Rwanda, devaient fermer vendredi.

A présent, le gouvernement provincial attend une décision définitive de la Cour qui doit reprendre l'examen de l'affaire lundi. Selon le HCR, il reste environ 8.000 personnes dans les camps de Johannesburg et du Cap, sur les 40.000 déplacés lors des attaques du mois de mai, qui avaient fait 56 morts.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.