Incertitude pour les réfugiés déplacés par les attaques xénophobes en Afrique du Sud

14 août 2008
Des étrangers déplacés victimes de violences xénophobes dans la province de Gauteng (Afrique du Sud).

Les abris temporaires établis dans la province de Gauteng en Afrique du Sud pour abriter les réfugiés pris pour cibles lors des récentes attaques xénophobes devraient fermer demain, a annoncé jeudi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) qui se tient prêt à aider ces populations.

Les abris temporaires établis dans la province de Gauteng en Afrique du Sud pour abriter les réfugiés pris pour cibles lors des récentes attaques xénophobes devraient fermer demain, a annoncé jeudi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) qui se tient prêt à aider ces populations.

« L'abri temporaire du Rifle Range, à Johannesburg, qui abrite depuis deux mois des réfugiés du Zimbabwe notamment, doit fermer demain », selon un communiqué de l'agence. « D'après les autorités, les six abris temporaires, abritant près de 6.000 migrants, doivent fermer le 15 août ».

Le HCR à Pretoria soutient tous les demandeurs d'asile et sans papiers du Zimbabwe qui souhaitent réintégrer les communautés locales à travers le programme d'une organisation partenaire, le Service jésuite pour les réfugiés (JRS), affirme le communiqué.

Il est notamment prévu d'allouer une somme d'argent à chacun pour les aider à tenir pour une période de deux mois, les plus vulnérables pouvant solliciter à nouveau une aide du HCR.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.