Enfants et conflit armé au Tchad : peu de progrès constatés

12 août 2008

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, constate dans un rapport rendu public mardi qu'il est très difficile de mettre un terme aux graves violations des droits des enfants au Tchad et que peu de progrès ont été accomplis au cours de l'année passée.

Le rapport, qui porte sur la période allant de juillet 2007 à juin 2008, traite essentiellement de six violations graves dont des enfants ont été victimes dans le pays, à savoir, le recrutement et l'utilisation d'enfants soldats, le meurtre et la mutilation d'enfants, le viol d'enfants et les autres violences sexuelles à l'égard des enfants, le refus d'autoriser les organisations humanitaires à accéder aux enfants, les attaques contre des écoles et des hôpitaux; et l'enlèvement d'enfants.

Ban Ki-moon note que la situation politique, militaire et sécuritaire dans le pays demeure très explosive en raison de la poursuite du conflit armé entre les forces armées tchadiennes et les groupes de rebelles armés, de la présence dans l'est de groupes de rebelles étrangers, des raids transfrontaliers des Janjawid et de la poursuite des tensions interethniques entre, principalement, les populations arabes et les populations non arabes.

Dans ce contexte, les enfants demeurent les principales victimes du conflit en cours, en particulier parce qu'ils sont recrutés et utilisés par les forces et groupes armés, qu'ils sont tués et estropiés, surtout en raison de la présence de mines terrestres et d'engins non explosés, que les organisations humanitaires n'ont pas librement accès à eux et que le personnel et les biens de ces organisations sont pris pour cible, note le rapport.

Le Secrétaire général demande aux acteurs étatiques et non étatiques d'engager un dialogue avec l'ONU pour définir des plans d'action qui permettent de recenser et de libérer les enfants soldats et de mettre un terme à toutes les graves violations des droits des enfants. Il préconise aussi la coopération entre les partenaires de l'ONU à l'échelle régionale afin que des questions transfrontalières telles que le recrutement d'enfants, les enlèvements et la réinsertion puissent être mieux réglées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.