Les populations autochtones menacées par le changement climatique, selon la FAO

8 août 2008

Les conditions climatiques plus rigoureuses et l'accès limité aux ressources de base, notamment la terre, risquent de mettre en péril la vie et les moyens d'existence de plusieurs groupes de populations autochtones qui détiennent pourtant la clé de notre survie à long terme, souligne la l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) à l'occasion de la Journée internationale des populations autochtones, célébrée chaque année le 9 août.

Les conditions climatiques plus rigoureuses et l'accès limité aux ressources de base, notamment la terre, risquent de mettre en péril la vie et les moyens d'existence de plusieurs groupes de populations autochtones qui détiennent pourtant la clé de notre survie à long terme, souligne la l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) à l'occasion de la Journée internationale des populations autochtones, célébrée chaque année le 9 août.

“Les populations autochtones sont parmi les premières à souffrir des conditions climatiques qui sont de plus en plus rigoureuses et capricieuses. Elles souffrent aussi d'un manque d'autonomisation en ce qui concerne des biens et services auxquels ont plus facilement accès d'autres groupes de population”, selon l'experte de la FAO Regina Laub.

Certaines populations autochtones vivent dans des environnements vulnérables – régions montagneuses, l'Arctique, la jungle, les terres arides, etc. – et sont, de ce fait, les premières à se rendre compte et à souffrir des effets du changement climatique.

Toutefois, ces populations ne sont pas que des victimes du réchauffement climatique, elles ont aussi un rôle important à remplir en soutenant l'adaptation mondiale au changement du climat. A titre d'exemple, au Pérou, lors de la dernière campagne agricole, seules les patates plantées à la manière traditionnelle ont résisté au gel et à des températures extrêmement basses sans précédent.

Les communautés autochtones sont souvent les gardiennes d'un savoir et de connaissances uniques. Elles sont également les gardiennes de la diversité biologique et génétique végétale et animale qui permet de nourrir le monde et dont l'adaptation au changement climatique est vitale.

Environ 80% des la biodiversité qui subsiste dans le monde se trouve dans les territoires des populations autochtones.

On estime à 370 millions le nombre total des populations autochtones représentant pas moins de 5 000 groupes différents dans plus de 70 pays. Le bassin de l'Amazone abrite, à lui seul, quelque 400 groupes autochtones différents.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'Instance permanente sur les questions autochtones se penche sur les changements climatiques

Dans un message vidéo adressé ce matin aux participants de la 7ème session de l'Instance permanente sur les questions autochtones, le Secrétaire général a salué le choix des changements climatiques comme thème spécial.