Côte d'Ivoire : L'ONUCI démantèle le dernier poste militaire sur la Ligne verte

30 juillet 2008

La Mission des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) a démantelé le dernier poste militaire d'observation sur la Ligne verte qui avait remplacé l'ancienne zone de confiance entre le sud du pays contrôlé par le gouvernement ivoirien et le nord qui reste en partie contrôlé par les anciens rebelles des Forces Nouvelles, a annoncé mercredi la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas.

L'accord de paix d'Ouagadougou, signé le 4 mars 2007 entre le Président Laurent Gbagbo et le secrétaire général des Forces Nouvelles, Guillaume Soro, avait décidé, entre autres, de la suppression de la Zone de Confiance (ZOC). Cette zone large de 20 km en moyenne et longue de 600 km de l'Est à l'Ouest, séparait les ex-belligérants et était surveillée par les Forces Impartiales : l'ONUCI et la Force Licorne, a précisé l'ONUCI dans un communiqué.

Le processus de suppression effectif de la ZOC a commencé le 16 avril 2007. Dès le 15 septembre 2007, la Force de l'ONUCI a installé dans l'ancienne ZOC, 17 postes d'observation sur la Ligne Verte, une ligne imaginaire allant d'Est en Ouest et permettant à la Force de l'ONU de continuer à assurer les missions d'observation, de surveillance et d'appui aux unités mixtes formées par les Forces armées des Forces nouvelles (FAFN) et les Forces armées nationales de Côte d'Ivoire (FANCI). Ces brigades mixtes ont repris progressivement en charge les fonctions de police et de gendarmerie dans cette zone.

L'Accord d'Ouagadougou avait prévu que les postes d'observation soient réduits de moitié tous les deux mois, jusqu'à leur disparition complète. Ainsi, huit postes d'observation ont été démantelés le 30 novembre 2007. Il en restait cinq fin janvier 2008, trois à la fin de mars 2008, un à la fin mai et le 30 juillet 2008, il ne restait plus aucun poste d'observation.

Le commandant de la force de l'ONUCI, le général Marcel Fernand Amoussou a estimé mercredi que le démantèlement du dernier poste était la preuve que les dispositions prévues par l'Accord Politique de Ouagadougou fonctionnaient. « L'accompagnement efficace de la suppression du dernier poste d'observation marque effectivement la continuité de l'autorité et de l'Etat ivoirien [ainsi que] l'engagement de la communauté internationale à soutenir le processus de paix en Côte d'Ivoire », a-t-il dit dans un entretien à la radio ONUCI-FM.

De son côté, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d'Ivoire, YJ Choi, a participé mercredi à Bouaké à la célébration du1er anniversaire de la Flamme de la paix qui a consacré il y a un an la réunification du pays. La cérémonie a eu lieu sous la présidence du chef de l'Etat ivoirien Laurent Gbagbo et en présence de son homologue burkinabé, Blaise Compaoré, facilitateur du dialogue direct inter-ivoirien.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : le Conseil de sécurité proroge de six mois le mandat de l'ONUCI

Le Conseil de sécurité a prorogé mardi de six mois, jusqu'au 31 janvier 2009, le mandat de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) et des forces françaises qui la soutiennent, dans la perspective de l'élection présidentielle prévue à la fin 2008.