Ban Ki-moon salue l'accord politique signé au Zimbabwe

21 juillet 2008

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué lundi la signature d'un accord entre le président Robert Mugabe et le chef de l'opposition Morgan Tsvangirai au Zimbabwe qui met en place un cadre pour des pourparlers formels visant à mettre fin à la crise politique dans le pays.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué lundi la signature d'un Mémorandum d'accord entre le président Robert Mugabe et le chef de l'opposition Morgan Tsvangirai au Zimbabwe qui met en place un cadre pour des pourparlers formels visant à mettre fin à la crise politique dans le pays.

« Ban Ki-moon rend hommage aux efforts du président Thabo Mbeki de l'Afrique du Sud et de son équipe de médiation pour faciliter la signature de cet accord », rapporte sa porte-parole, Michèle Montas.

MM. Mugabe et Tsvangirai ont signé un accord lors de leur première rencontre en dix ans, appelant à former un gouvernement 'inclusif', à adopter des amendements à la Constitution et à mettre fin aux violences politiques.

Robert Mugabe demande à poursuivre son sixième mandat, remporté au second tour d'une élection qualifiée « d'irrégulières » par l'Union africaine (UA), la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) et les Nations Unies.

« Les Nations Unies sont prêtes à soutenir ces efforts de médiation dans le cadre du Groupe de référence qui vient d'être formé », a précisé la porte-parole du Secrétaire général.

Ce Groupe de référence sur le Zimbabwe comprend aussi l'Union africaine et les organes chargés de la défense, de la politique et de la sécurité de la SADC. « Le président Mbeki reste pleinement en charge du processus de médiation », a expliqué Michèle Montas.

Ban Ki-moon a encouragé toutes les parties à « prendre part, de bonne foi, dans des pourparlers sérieux de nature à apporter une solution durable à la crise politique ».

Le Secrétaire général a aussi insisté sur le besoin de répondre aux besoins économiques et humanitaires urgents de la population, notamment en autorisant l'accès au personnel humanitaire.

Le taux d'inflation dans le pays s'élèverait désormais à 2,2 millions % par an et le nouveau billet de 100 milliards de dollars du Zimbabwe n'est pas suffisant pour acheter une miche de pain.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.