FAO : Nouvelle base de données mondiale sur les sols

21 juillet 2008
Un scientifique mesure l'humidité du sol (juillet 2008). Photo : FAO

Une nouvelle base de données sur les sols vient d'être créée et sera utile pour l'atténuation du changement climatique et la production vivrière, a annoncé lundi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Une nouvelle base de données sur les sols vient d'être créée et sera utile pour l'atténuation du changement climatique et la production vivrière, a annoncé lundi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Elle permet d'améliorer les connaissances sur la productivité actuelle et future des terres ainsi que sur le stockage actuel du carbone et le potentiel futur de fixation des sols de la planète, précise la FAO dans un communiqué.

A partir de la base de données des sols, la FAO a publié une Carte mondiale du carbone permettant d'identifier les zones qui emprisonnent le plus de carbone dans le sol et le potentiel des sols dégradés à séquestrer des milliards de tonnes de carbone supplémentaires.

Les informations sur les sols ont souvent représenté le chaînon manquant qui a accentué l'incertitude de prédiction du potentiel et des obstacles à la production d'aliments et de fibres, ainsi que la capacité des sols à retenir le carbone.

Jusqu'à présent, la plupart des efforts d'utilisation de l'agriculture pour la gestion des gaz à effet de serre portaient sur la séquestration du carbone au-dessus du sol, principalement par la plantation d'arbres, le volume de carbone pouvant être piégé de cette manière étant considérable.

Mais la recherche d'autres moyens d'accroître la fixation du carbone dans les sols suscite un intérêt croissant. Les sols sont censés être le plus grand réservoir de CO2 du cycle terrestre du carbone, même si les estimations de piégeage varient grandement.

Le sol peut être une source ou un puits des gaz à effet de serre en fonction de l'utilisation des sols. Pour la séquestration à long terme, le carbone organique doit être stocké sous des formes et dans des couches du sol à rotation lente.

“Les propriétés chimiques et physiques des sols aident également à obtenir des informations spécifiques sur le fonctionnement du sol en tant que filtre de déchets, habitat d'organismes, site de construction et réservoir de carbone”, affirme Alexander Müller, Sous-directeur général de la FAO pour les ressources naturelles et la gestion de l'environnement.

“Plus nous recueillons d'informations sur les propriétés du sol, plus nous sommes en mesure d'évaluer la qualité de nos ressources naturelles dans le monde entier et leur potentiel de production de nourriture actuel et futur dans les scénarios de changement climatique”, ajoute M. Müller.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.