OMS/UNICEF : 2,5 milliards de personnes n'ont toujours pas accès à des toilettes

17 juillet 2008

Plus de 2,5 milliards de personnes n'ont pas accès à des toilettes dans des conditions hygiéniques et près de 1,2 milliard défèquent à l'air libre, la pratique la plus risquée en terme d'hygiène, selon un rapport publié jeudi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Plus de 2,5 milliards de personnes n'ont pas accès à des toilettes dans des conditions hygiéniques et près de 1,2 milliard défèquent à l'air libre, la pratique la plus risquée en terme d'hygiène, selon un rapport publié jeudi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Toutefois, de plus en plus nombreuses sont les personnes qui utilisent des « installations d'assainissement amélioré », c'est-à-dire des « installations garantissant une élimination des excréments de manière à éviter qu'ils ne provoquent des maladies en contaminant les aliments et les sources d'eau », selon ce rapport, cité dans un communiqué de l'OMS.

« Même si la pratique de la défécation à ciel ouvert est en baisse, elle reste habituelle pour 18 % de la population mondiale, soit 1,2 milliard de personnes. En Asie du Sud, elle reste encore la norme pour 778 millions de personnes », d'après l'OMS et l'UNICEF. Ce chiffre était de 24 % en 1990.

Cette pratique menace la survie des enfants, la contamination fécale dans l'environnement s'associant directement aux maladies diarrhéiques, l'un des plus grands facteurs de mortalité pour les moins de 5 ans. « Il est très difficile de maintenir un environnement propre en cas de défécation à ciel ouvert, même par une minorité de la population », souligne le rapport.

Sur les pays qui ne sont pas encore dans les temps pour atteindre la cible pour l'assainissement, mais qui progressent rapidement, cinq sont en Afrique subsaharienne (Bénin, Cameroun, Comores, Mali et Zambie).

Par ailleurs, le nombre de personnes dans le monde n'ayant pas accès à une source d'approvisionnement améliorée en eau potable, protégée des contaminations fécales et chimiques, telles qu'une pompe manuelle ou un système d'adduction d'eau, est passé pour la première fois en dessous du milliard depuis la première compilation des données en 1990. Actuellement, 87 % de la population mondiale a accès à des sources d'eau améliorées et, selon les tendances actuelles, cette proportion passera à 90 % d'ici 2015.

Le rapport souligne les disparités dans un même pays, notamment entre les populations rurales et urbaines. À l'échelle mondiale, on recense environ quatre fois plus de personnes sans accès à des sources d'eau améliorées en zone rurale (746 millions environ) qu'en zone urbaine (137 millions environ).

De réels progrès dans l'accès à l'eau potable ont eu lieu dans de nombreux pays d'Afrique australe. Selon le document, sept des dix pays qui ont progressé le plus rapidement se trouvent en Afrique subsaharienne (Burkina Faso, Namibie, Ghana, Malawi, Ouganda, Mali, Djibouti).

Le rapport du Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l'eau et de l'assainissement (JMP), intitulé « Progress on Drinking Water and Sanitation - Special Focus on Sanitation » (Progrès en matière d'eau de boisson et d'assainissement, thème spécial sur l'assainissement) paraît à la fin du premier semestre de l'Année internationale de l'assainissement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

OMS : un dixième des maladies du monde pourrait être éliminées en améliorant la qualité de l'eau

Près d'un dixième des maladies du monde pourraient être prévenues en améliorant les systèmes d'approvisionnement en eau, ainsi que l'assainissement, l'hygiène et la gestion des ressources en eau, indique un nouveau rapport publié par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).