Radhika Coomaraswamy : les enfants sont dans une situation terrible en Afghanistan

3 juillet 2008

« Je ne parviens pas à penser à un autre pays au monde où les enfants souffrent plus qu'en Afghanistan », a déclaré Radhika Coomaraswamy, la Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés, à la conclusion d'une visite de cinq jours dans ce pays.

Au cours d'une conférence de presse organisée à Kaboul, la Représentante spéciale a notamment évoqué la dégradation de la situation sécuritaire qui touche de plein fouet les enfants afghans, mais également les « terribles violations » qui y ont lieu, ainsi que « la terrible pauvreté et le travail difficile qu'ils doivent effectuer ».

La Représentante spéciale a signalé que les morts et les mutilations du fait des opérations militaires des forces internationales, des Talibans et d'autres éléments opposés au gouvernement, sont les principales violations dont sont victimes les enfants afghans.

« Il faut mettre en place des mesures pour prévenir les excès, mener des enquêtes à temps et, si nécessaire, verser des compensations adéquates », a-t-elle estimé.

Elle a également fait part de sa préoccupation face à la hausse, ces derniers mois, du nombre de recrutements d'enfants soldats, signalant que certains d'entre eux avaient participé à des attentats suicide, a rapporté un communiqué publié aujourd'hui à Kaboul.

« C'est une situation terrible », a-t-elle dit. « Nous engageons toutes les parties, et surtout les éléments opposés au gouvernement, à prendre des mesures pour prévenir l'utilisation d'enfants sur les champs de bataille ».

En matière de détention d'enfants, la Représentante spéciale a rappelé que cette pratique tend à transformer les enfants en des individus endurcis, ce qui ne fait que nourrir le cercle vicieux de la violence.

Les enfants afghans ne sont pas non plus en sécurité dans les écoles, 228 établissements scolaires ayant été attaqués en 2007, faisant 75 morts et 111 blessés. « Jusqu'à aujourd'hui, en 2008, 83 écoles ont été attaquées », a-t-elle signalé.

Enfin, le Représentante spéciale a signalé que certaines informations indiquent que les garçons sont la cible de violence sexuelle.

« La société civile afghane est particulièrement préoccupée par le système Bacha-bazi qui consiste à associer de jeunes garçons avec des commandants militaires. Cette pratique doit être éradiquée car elle est contraire au droit humanitaire international », a-t-elle déclaré.

Pendant son déplacement, Radhika Coomaraswamy a pu s'entretenir avec, entre autres, le Président Karzai, des représentants de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) et de l'opération « Ensuring Freedom » ainsi que des organisations non gouvernementales.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

John Holmes et Radhika Coomaraswamy en visite en Afghanistan

John Holmes, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, a entamé hier une visite de cinq tours en Afghanistan, un jour avant l'arrivée à l'invitation du gouvernement de Radhika Coomaraswamy, la Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés.