L'OMS lance un dépistage de la tuberculose multirésistante

30 juin 2008

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé aujourd'hui deux nouvelles initiatives qui permettront aux malades atteint de tuberculose multirésistante (tuberculose MR) dans les pays en développement d'obtenir un diagnostic en deux jours, et non plus en deux ou trois mois, ainsi qu'un traitement approprié.

«Il y a cinq mois, l'OMS a renouvelé son appel pour considérer la tuberculose MR comme une urgence de santé publique. Nous disposons aujourd'hui d'éléments pour guider notre action, et c'est sur cette base que nous lançons ces initiatives prometteuses», a déclaré le Dr Margaret Chan, directeur général de l'OMS.

Le premier projet, rendu possible grâce à un financement de 26,1 millions de dollars apporté par la Facilité internationale d'achat de médicaments (UNITAID), permettra de diagnostiquer la tuberculose MR en utilisant une méthode moléculaire employée jusqu'ici uniquement pour les travaux de recherche.

Ces nouveaux tests moléculaires rapides apportent une réponse en moins de deux jours, rapporte un communiqué publié aujourd'hui par l'OMS.

Le Service pharmaceutique mondial renforcera, quant à lui, l'approvisionnement en médicaments nécessaires pour traiter la tuberculose MR dans 54 pays, notamment ceux qui recevront les nouveaux tests diagnostiques.

Ce projet, qui reçoit lui un financement de l'UNITAID de 33,7 millions de dollars, devrait également permettre d'obtenir, d'ici 2010, des réductions de prix allant jusqu'à 20% pour les traitements destinés aux formes multirésistantes de la tuberculose.

«Grâce au 60 millions de dollars apportés par UNITAID, ces projets devraient permettre d'obtenir des résultats significatifs en matière de diagnostic et de traitement et réduire les prix des médicaments et le coût du diagnostic. Ces efforts illustrent la façon dont des moyens de financement novateurs peuvent être utilisés en faveur de la santé et du développement», a indiqué le Dr Philippe Douste-Blazy, président du Conseil exécutif de l'UNITAID.

La tuberculose MR est une forme de tuberculose que le traitement habituel ne permet pas de soigner correctement à cause de la résistance des bacilles aux médicaments dit de première intention.

Selon les estimations, seulement 2% des cas de tuberculose MR dans le monde sont diagnostiqués et traités de façon appropriée.

Les initiatives annoncées aujourd'hui devraient permettre de multiplier par sept le nombre de cas diagnostiqués.

L'OMS signale que dans les pays en développement, la plupart des malades de la tuberculose n'ont accès au test de diagnostic de bacilles multirésistants qu'après un échec thérapeutique des traitements habituels.

Ils doivent ensuite attendre encore deux mois ou davantage pour confirmer le diagnostic et obtenir un nouveau traitement.

Pendant cette période d'attente, ces patients risquent de propager des bacilles multirésistants autour d'eux, et nombre d'entres eux meurent avant que les résultats soient connus, surtout s'ils sont également infectés par le VIH/sida.

Au cours des quatre prochaines années, seize pays commenceront à utiliser des méthodes rapides de diagnostic de la tuberculose MR, y compris les tests moléculaires, à mesure que leur personnel de laboratoire sera formé et que de nouveaux équipements seront fournis.

Les pays concernés sont l'Azerbaïdjan, le Bangladesh, la Côte d'Ivoire, l'Ethiopie, la Géorgie, l'Indonésie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Lesotho, la Moldova, le Myanmar, l'Ouzbékistan, la République démocratique du Congo, le Tadjikistan, l'Ukraine et le Viet Nam.

Le Partenariat Halte à la tuberculose, le programme de facilitation d'accès aux médicaments, et la Fondation pour l'innovation en matière de nouveaux diagnostics (FIND) ont également participé au lancement de ces programmes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

OMS : Les pathologies chroniques principales causes de décès dans le monde

Selon un nouveau rapport publié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les maladies non transmissibles et certains états pathologiques chroniques, comme les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux, tuent davantage que les maladies infectieuses.